Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 19:49

Score médian 

Le score est le nombre de "Oui" coché par les parents.

Nous avons des scores médians pour le document 2 A.

Par exemple pour les enfants de 27 mois le score médian est de 24 en sociabilisation.

A 27 mois 50% des enfants ont obtenus moins de 24 et 50% plus de 24.

Comment on va utiliser ce tableau sur le plan clinique?

Remplissons le tableau page 5:

Age développemental (AD)

L'âge développemental est donné par le score brut de l'enfant à une épreuve donnée. On va le comparer au score des enfants de la population d'échantillonnage. Quel est l'âge pour lequel les enfants du groupe de référence ont le même score médian que l'enfant étudié?

On choisit toujours l'âge chronologique le plus près de l'enfant si l' enfant a un score de 66 points donc on lui attribue un score au plus près de son âge chronologique qui est donc 65.

Quand s'éloigne-t-on de la normalité de manière significative?

Zone à haut risque et zone à très haut risque:

- Zone à haut risque : Age chronologique x 0,85 (déterminé de manière empirique chez les enfants pathologiques).

- Zone à très haut risque : Age chronologique x 0,70 (idem)

Ici on a un profil d'un enfant qui a un trouble du langage.

 

Le QD (quotient de développement)

Il s'obtient enfaisant le rapport entre l'âge développemental et l'âge chronologique multiplié par 100.

QD= (AD/AC) x1OO

Se calcule seulement à partir du développement général!!!

 

Le centilage

 

stumik2.jpg

 

Prenons la page 15

 

Il y a des exemples:

 

Un enfant à QD= 51,1 (sans arrondissement pour le centilage dans ce cas exceptionnel on peut garder la décimale).

Le deuxième enfant a eu un QD de 51,8 et un enfant ayant eu ce score donc en effectif cumulé représente 0,1784% des enfants ayant réussi la même épreuve que lui, ce qui n'est pas encore 1% (premier centile).

Pour arriver au deuxième centile il faut que l'enfant arrive au delà du score de 63 qui représente lui le premier centile (1,0705%).

Pour le deuxième exemple, tous les scores compris entre 93,18 (30ème centile) et 93,63 (31ème centile) appartiennent au 30ème centile.

Attention parfois les centiles peuvent être rangés du plus grand au plus petit (ordre décroissant) donc il faut bien vérifier cela avant d'interpréter.

 

Repost 0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 18:31

                 enfant-test-intellectuel-3894578ohavi_1370.jpg

Objectif: Essayer de comprendre comment on construit des normes et comment on les utilise en développement.


Un enfant passe un test:

Test compréhension: 40

Test dénomination images: 10

Mémoire des chiffres: 6

Mémoire des chiffres à l'envers: 4

 

A partir de ces infos là on ne peut rien conclure (une tâche peut être plus complexe qu'une autre par exemple)!


INTRODUCTION
Quand on va travailler avec un test psychologique on va pouvoir situer l'enfant et interpréter sa performance individuelle.

Pour cela il conviendra de comparer la performance de l'enfant à une norme (ou population de référence ou échantillon d'étalonnage ou encore échantillon de standardisation).

La population de référence doit être représentative de l'individu de la sous-population à laquelle il appartient comme par exemple: « les enfants de 0 à 2 ans » ou « les enfants sourds »).

 

Au niveau pratique quand le sujet passe un test on ne va pas travailler à partir de la performance brute mais en note standard ou mesure/performance dérivée.
Cette transformation de la note brute elle va passer par la norme, elle va se faire donc sur la base des données normatives.

Une fois la note standard on va pouvoir comparer l'enfant au groupe de référence, cela pour les subs-test (items variables, difficulté variable) et le test général.

 

Ce type de transformation ne va pas être de même nature selon l'échelle (le test).

Et des échelles il y en a de deux types:

Échelles en âge: la performance dérivée sera un âge (âge mental, âge de développement)..

Échelles en points: la note correspond à la position de l'individu par rapport au groupe de référence. Donc dans ces cas La note standard c'est une position par rapport à l'échantillon d'étalonnage (dans une loi Gaussienne).

 

Ces deux approches sont donc différentes!!!!

 

I. Différences entre les deux types d'échelles

I.1>Standardisation des items

Pour les échelles en âge: les items sont organisés par niveau d'age (cf Brunet-Lézine), et un item particulier correspond à un groupe d'âge relève de l'observation quand la majorité des enfants de cet âge passent cet item là. Le niveau de réussite maximum relève de son âge de développement. Mais souvent on attribue à l'enfant un bonus par crédit additionnel (car l'enfant peut réussir des niveaux supérieurs et ayant raté des niveaux inférieurs). Dans certains cas les items ne sont pas rangés par âge, ils peuvent être mis dans le désordre, et on va comptabiliser l'échec et réussite des enfants et faire un total et transformer la note brute en âge de développement en passant par la norme.

 

Pour les échelles en points: Il va y avoir différents subtests et on va accorder des points à l'enfant. C'est typiquement les échelles de type Wechsler (WAIS, WISC). L'accord des points se fait en fonction de l'exactitude de réponse, en général « Vrai » ou « Faux ». Dans certains sub-tests on peut attribuer des points en fonction de la précision de la réponse (O, 1 ou 2 points) mais aussi parfois sur la vitesse de traitement. On va sommer les points du sujet et on arrive à une note brute qu'il faudra transformer en une note standard.

 

I.2>Sélection des items

- Les échelles en âge: On va avoir des items très hétérogènes (les enfants selon leur âge peuvent faire des choses très différentes).On va mettre en évidence des séquences développementales.

 

Exemple avec item de posture 7 mois: tient assis 12 mois: marche quand on lui tient la main .
Des formes de comportements apparaissent selon l'âge

- Avec une échelle de points: ce n'est plus tellement une approche développementale. On a différents sous-tests et en général un sous-test mesure une fonction particulière. Les items ici seront très homogènes. (exemple: test d'empan). On travaille plus sur la difficulté de la tâche, leurs complexité. L'idée en développement c'est que plus je suis âgé plus je dois réussir.

II. Exemple du CDI (Child developpement inventory)

1/Combien il y a t il d'items au CDI? Et comment ont-ils été sélectionnés?

270 items et les critères de sélection sont que ces items doivent représenter des compétences développementales des jeunes enfants, être observable par les parents dans la vie quotidienne, être descriptif et clair (pas d'ambiguïté), être (potentiellement) discriminant pour l'âge.

 

2/ Quels sont les domaines de développement interrogés par le CDI?

Socialisation, L'autonomie, le moteur global, la motricité fine (préhension surtout), langage expressif, langage réceptif (compréhension), les lettres et les nombres (attention car cela résulte d'un apprentissage scolaire).

 

3/ Qui remplit le questionnaire?

Ce sont les parents qui remplissent le questionnaire

 

4/Ce questionnaire comporte une échelle de développement général. Combien d'items comporte cet échelle et quels ont été les critères de sélection de ces items?

Il y a 70 items. Ce sont les plus discriminant de l'âge par rapport à chaque échelle.

 

5/Comment a-t-on déterminé le niveau d'âge correspondant à chaque item?

Un item correspond à un âge si plus ou75% des parents d'un enfant de cet âge répondaient « OUI » à l'item.

 

6/ Élaboration de la norme: Combien il y a t-il de participants et quels sont les âges concernés?

Les données de 1121 enfants ont été utilisés pour établir la norme du CDI. Les âges concernés sont de 12 à 72 mois (et plus mais moins fiable)

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche