Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 16:26

TEST DU BRUNET-LEZINE ICI  

Définition (Zazzo):

"Un test est une épreuve strictement définie, dans ses conditions d'applications et dans son mode d'évaluation. Il permet de situer un sujet par rapport à une population normalisée, étant bien définie. Les conditions du test doivent être standardisées pour tous les sujets."

- L'utilisation des tests conduit à déterminer ou évaluer (le plus souvent sous forme numérique), des caractéristiques individuelles (aptitudes langagières, "Intelligence", traits de personnalité...). Ces tests permettent de situer un individu, d'établir son profil individuel (psychologie différentielle donc), en le classant d'après ses performances ou réponses dans la catégorie inférieure, égale ou supérieure au niveau de base établit par le groupe d'âge ( ou encore d'autres modalités comme par exemple le groupe culturel), auquel il appartient.
- Bien évidemment l'individu testé doit appartenir à un échantillon d'étalonnage (on ne va pas comparer par exemple un enfant de 6 ans à un adulte de 30 ans, ou encore si on teste un enfant sourd on va lui faire passer des test spécifiques).
Les tests sont donc étalonnés à partir d'une population de référence.

I.Les test de personnalité:
Ils permettent d'évaluer la sphère émotionnelle et affective, déterminer des profils de personnalité, ou encore mettre en évidence des signes de pathologies mentales.

I.1>Les Questionnaires
- Ils peuvent être spécifique ou non et fonctionner sur le mode de l'auto ou héteroévaluation.

I.2>Les test projectifs

- Le TAT (ou le CAT pour les enfants)
- Le Rorschach
- Le D10 et l'AT9 (pour les dessins d'enfants)

II.Les tests cognitifs
Ils nous permettent de tester des aptitudes perceptives, sensorielles, sensorimotrices (exemple: coordination vision-préhension) et bien sûr de plus haut niveau comme les aptitudes mentales ou intellectuelles par exemple : la mémoire, le langage, fonctions exécutives, attention, aptitudes spatiales).

A l'origine des tests d'intelligence c'est Binet (1857-1911), il s'associe avec Simon pour le test de l'échelle métrique de l'intelligence (EMI ou Binet-Simon). Elle commencera à être publiée en 1908.
A l'origine il avait fait ce test pour détecter les enfants en difficulté scolaire pour les aider et les prendre en charge. Ils mettent en oeuvre des épreuves de vie quotidienne. Cette EMI va de 3 ans à l'âge adulte.


Exemple des enfants de 3 ans:

-ils doivent pouvoir montrer leur nez, leur yeux et leurs bouche.
-ou énumérer une gravure (un dessin): l'enfant devait dénommer les différents éléments (« y'a un monsieur, un chien, une maison... »)
Et répéter 2 chiffres après l'expérimentateur ou répéter des phrases de 6 syllabes.
Enfin, donner leurs noms de famille.

Ce test permettait non de donner un QI mais un âge mental, ou « âge de développement ».
Si un enfant de 3 ans réussi par exemple une épreuve pour des enfants de 5 ans on lui donne un âge mental de 5 ans.



Plus tard Terman introduit le QI (ou le QD: quotient de développement).
On va faire un rapport (un quotient):
QI= (Age mental/Age chronologique) x 100

Ainsi la norme c'est 100 car si Age mental = Age développement alors 1x100 = 100.
Si  AM>AC alors QI>100
Si AM<AC alors QI<100

Le Binet-Simon quant à lui a été révisé de nombreuses fois par les français et les américains l'ont revisité par Wechsler qui a développé le WPPSI (primary pré squale Intelligence) (pour 2 à 6 ans).
Ensuite le WISC (6 à 16 ans) et le WAIS (adulte) ainsi que d'autres batteries de test pour les personnes âgées.
Wechsler a repris le terme de Qi mais le « QI » de Wechsler n'a plus rien à voir avec l'autre QI. Dans son test à lui on accumule des points selon la difficulté et on prend une position en rapport avec la moyenne de l'échantillonnage).

II.1>Le Brunet-Lézine:

Poster-54









II.1.1>Principe
Elles ont développé (Brunet & Lézine) ce « baby-test » (donc avant 2 ans et demi), sur la base des travaux de A Gesell.
Il y a eu une première version en 1951 mais qui a été revisité de très nombreuses fois

Le Brunet-Lézine évalue les bébés de 2 à 30 mois et permet d'évaluer 4 domaines de développement:

P: Posture et motricité: on étudie les mouvements de l'enfant en position dorsale, ventrale, assise, et debout.
C: Coordination oculo-motrice (entre l'oeil et la main): étude de la préhension et du comportement de l'enfant avec les objets. Exploration des capacités de manipulation.
L: Langage. Etude du langage dans ses fonctions de compréhension et « d'expression »f (plutôt production ici).
S: sociabilité/relations sociales: Englobe la prise de conscience de soi, les relations avec autrui, les réactions mimiques, et l'adaptation aux situations sociales.

II.1.2>Technique:
a> Il convient premièrement de connaître l'âge chronologique du sujet (AC) auquel on fait passer le test. On l'obtient par la différence de la date de passation de l'examen et de la date de naissance du sujet. Par exemple ici Marion passe le test le 04/03/2006 et est née le 04/01/2005. Elle a donc 400 jours (IMPORTANT: par convention 1 mois toujours = 30 jours) c'est à dire 1 an, 1 mois et 10 jours.

b> Ensuite on va faire passer au sujet une épreuve correspondante ≤ à son âge chronologique. Ici par exemple comme Marion a 13 mois (l'épreuve 13 mois n'existe pas proprement dite) on va premièrement lui faire passer l'épreuve 12 mois.
Vont ensuite se proposer 2 cas de figures:
--->Soit elle réussit toutes les épreuves proposées pour ce niveau d'âge, et on lui fait ensuite passer le niveau supérieur et ainsi de suite jusqu'à ce qu'elle ne réussise plus rien.
--->Il suffit qu'elle échoue à un seul des 10 items, et dans ce cas on la fait passer le niveau au desoous, et si encore à ce niveau elle échoue un seul item on descend.

Ici Marion a échoué une des dix épreuves proposées pour le niveau d'âge 12 mois, on la fait donc descendre à 10 mois, et là elle les réussit toutes; ensuite on remonte à 14 mois (on ne refait pas passer l'épreuve 12 mois puisque c'est déjà fait), et on monte dans les niveaux jusqu'à ce qu'elle ne réussisse plus aucun item.

c>Méthode du coloriage et du calcul de l'âge développemental (que je ne peux pas techniquement exposer ici)
d>Calcul du QD:

C'est le rapport entre l'âge développemental (AD) et l'âge chronologique (AC) du sujet normalisé par 100:
                             AD
QD=              __________            x 100

                             AC

exemple un sujet de 600 jours qui a une "âge développemental" de 569 jours à un QD= (94,8)= 95 (il est donc dans la norme).
Il convient d'arrondir à la décimale du dessus afin de ne pas obtenir un nombre avec virgule.
                         

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 00:37

DOCUMENT ICI


INTRODUCTION:
L'observation c'est examiner attentivement et considérer un phénomène avec attention. C'est un procédé d'investigation scientifique consistant en une constatation attentive des phénomènes tels qu'ils se produisent sans volonté de les modifier c'est à dire sans avoir recours à l'expérimentation.
En psychologie, cela correspond à un enregistrement direct des comportements du sujet, de leurs évolution, par les organes sensoriels du psychologue ou par des moyens artificiels (comme l'enregistrement vidéo par exemple).
En observation, on ne peut pas tout observer (même si c'est une vidéo puisque c'est nous qui regardons cette vidéo).

EXERCICE: Etude sur l'imitation chez le jeune enfant
1> L'objectif de la recherche de Nadel c'est de voir si l'imitation joue un rôle social, autrement dit: a-t-elle une fonction de communication?

Cela remet en cause le processus d'imitation comme seule fonction d'acquisition des connaissances. Cette même conception considérant l'imitation différée comme seule résultante de l'imitation.
On peut le voir à la naissance par exemple quand un bébé de quelques minutes de vie imite un "tirage de langue".

2>L'âge moyen des enfants concernés par cette étude est ici de 2≤X≤3 ans.

3>Ce qui est important au niveau de la procédure:
- On met à disposition des enfants un grand nombre d'objets. Cela élimine la possibilité que le fait que 2 enfants qui prennent le même objet soit du au hasard; et pour qu'il y ait autant d'exemplaire que d'enfants (afin qu'ils puissent éventuellement s'imiter puisque c'est ce qui nous intéresse).
- La salle choisie est une salle familière pour éviter une potentielle perturbation de l'enfant.
- L'expérimentateur est connu.
- Les enfants peuvent sortir quand ils veulent


4>Figure 3:Le 3/4 du temps (quasiment) est utilisé à imiter (et on ne mesure que 8% du temps où les enfants n'ont rien en main).

5>Figure 4:  Il y a 80% du temps environ où on observe un comportement orienté social, peu de temps à jouer seul et très peu de temps à ne rien faire. Si les enfants portent des objets différents ils répartissent leur temps équitablement entre l'attention vers l'objet et ont essayé de rentrer en contact avec l'autre

CONCLUSION préalable de cette étude:

C'est donc essentiellement quand les enfants de cet âge s'imitent qu'ils entrent en contact avec l'autre et ont des comportements sociaux.

Exercice: Interaction entre pairs
1>Lecture de la grille d'observation et définitions:

* Pronation* = main avec paume vers le bas et le pouce rentré (pour prendre l'objet)
*Supination* = main ouverte avec paume vers le haut, pouce sorti (pour offrir ou recevoir un don)
*Agonistique* = Situation d'agression/Conflit
La grille d'observation est un outil qui n'est pas indispensable pour observer. Cela comprend des unités comportementales, doit être rempli de choses directement observables (on ne va pas mettre par exemple que l'enfant s'ennuie car c'est déjà une interprétation).
C'est un outil qui se construit progressivement lors d'une période de pré-test sur le terrain (
les items collent à la question posée).
Une fois la grille prête il est préférable que la personne qui coche soit "naïve" de l'expérience.

2>La fidelité/l'accord interjuge est la mise en correspondance des 2 juges qui côtent le même phénomène avec la même grille. Ces 2 juges étant observateurs de la bande. Il ne faut pas descendre en dessous de 90% d'accord interjuge auquel cas il faudra recommencer la grille.
On améliore cette fidélité en améliorant l'outil utilisé.

3>Les catégories d'unités comportementales sont regroupés en:
- Offrandes
- Sollicitations
- Menaces
- Agressions
- Saisies ou tentatives de saisie
- Isolement
- Pleurs

Ce regroupement sert à faciliter l'analyse et le remplissage de la grille.

4>critiques de la grille:
- Trop d'items pour la mesure de comportements
- Il faudrait équilibrer le nombre d'items dans chaque catégorie.
- L'âge des enfants?

5>Représentation graphique du tableau 1 pour la modalité 24mois ≤X
≤36 mois:



6>Hypothèses d'interprétation:
- Quels que soient les âges présents dans cet étude il semble que l'offrande ne fassent pas partie du répertoire (culturel?) de ces enfants.

- L'isolement observé est sans doute conséquent à une agression d'un autre enfant ou d'une menace (soit d'un autre enfant soit être grondé par un adulte). Ou aussi l'enfant peut voulir garder les jouets pour lui tout seul.

- Le nombre d'occurrence N semble croître jusqu'à 24 mois et après sans doute les enfants ont "mieux à faire", que les comportements proposés par la grille, comme par exemple l'utilisation du langage.

Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 17:33

I.Résumé du film
Nous avons vu un film relatif à l"étude" d'une petite fille de 7 ans (Emilie).
La psychologue utilise la méthode Piagetienne pour la situer dans son développement.
Que peut-on dire sur Emilie?
Elle en est au stade des opérations concrètes, nous l'avons vu avec l'épreuve de conservation des substances:

                

Questions:
Psychologue: "Y'a-til la même quantité de sirop dans les 2 flacons?"
Emilie: "Oui"
Psychologue: "Pourquoi?"
Emilie: "T'as rien ajouté et t'as rien enlevé!"  (argument d'identité)"....mais elle aurait pu dire aussi : "l'autre flacon est plus étroit"( argument de compensation) ou ""si tu remet dans le flacon d'avant ce sera pareil" (argument de réversibilité).

Contre-argumentation:
A manier avec précaution à cause de la suggestibilité éventuelle de l'enfant....
Psychologue: "Un enfant m'a dit qu'il y en avait plus dans l'autre flacon. Tu penses qu'il a raison ou il a tort?"
Emilie: "Il a tort"

II.Petit rappel sur les stades piagetien:
- Stade sensori-moteur: 0-2ans
- Stade préopératoire: 2 à 6-7 ans
(stade intermédiaire?)
- stade des opérations concrètes: 6-11 ans
- période préformelle: 11-14 ans
(stade intermédiaire?)
- stade des opérations formelles : 13 et +

III.Particularités
Chez un enfant conservant on peut observer des décalages horizontaux: il pourra par exemple avoir la conservation des substances mais pas forcément du poids et du volume.
- Un enfant en stade intermédiaire est hésitant
- L'enfant conservant va  être plutôt sur de lui et argumenter sur une des trois propositions (réversibilité, identité ou compensation)
- L'enfant non conservant est aussi sur de lui mais il va argumenter sur sa perception : "Ben tu vois bien que ça monte plus haut, donc y'en a plus!"


Repost 0

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche