Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 19:29

                          


INTRODUCTION

On étudie de développement de la motricité à fonction expressive (ou en gros les gestes et mouvements de bébé pour s'exprimer, exprimer ses émotions et les partager avec autrui).

I.Les gestes conventionnels

- "oui" (mouvement d' acquiescement de la tête)
- "non" (par la tête ou le doigt)
- applaudir
- "Bonjour" et "Au revoir"
- "ça m'est égal"
- refus
- "à moi"
- attention
-etc

Evidemment les gestes conventionnels sont propres à une culture (bien que la plupart des expressions mimiques se retrouvent à peu près dans toutes les cultures) et il y a des variations inter-individuelles (dans l'expression du regard, les gestes..)
Apparement le développement des gestes conventionnels serait discontinu (la courbe en U) entre 16,24 et 36 mois.
Chez un bébé à probable devenir autistique on observe un développement inversé (courbe en ): les gestes commencent à apparaître puis beaucoup d'entre eux "disparaissent"par la suite.

II.L'imitation (gestuelle), phénomène multidimensionnel

II.1>le mimétisme chez l'Humain
- synchronie motrice dans certaines tribus
- au niveau vestimentaire
- Fabrication des actions
- Etc
===>persistance des conduites de bas niveaux chez l'humain

II.2>Fonctions de l'imitation

           "Un même comportement peut renvoyer à 2 fonctions psychologiques différentes"

- apprentissage par observations de ses congénères (natation, cuisine...)
- communication avec autrui(s) (ce qui nous intéresse principalement ici)
L'imitation est une forme précoce de comportement qui joue un rôle majeur dans le développement des compétences sociales chez l'enfant (Nadel, 1999).
L'imitation associe l'imitateur et l'imité dans une activité synchrone qui crée une expérience inter-subjective de partage de thèmes et d'activités : "si on fait comme lui, on devient un peu comme lui, mais n'oublions pas qu'à la base on est différent"

II.3>Aspect développemental

II.4>Imitation(s)
II.4.1>Piaget distinguait:
- l'imitation "intelligente"
- l'imitation "réflexe"

II.4.2>Caractéristiques de développement (Zazzo)
-Imitation complexe vs imitation simple
-Imitation dynamique vs imitation statique
-Imitation significative vs imitation non-significative


II.4.5>Les différents  types d'imitations
-spontanée: (synchrone)
-sur requête ("refais après moi")
-Détection de l'imitation

Spécificités: le partenaire imité doit être humain (Jacobson): expérience avec le robot: le bébé n'imite pas!

II.4.6>Pour imiter, 3 types de capacités doivent être coordonnées:
1>préférence pour les visages humains (attraction native)
2>Prédiction possible sur les mouvements physiques mais pas sur les mouvements biologiques (mouvement humain complexe)
3>Mécanisme de résonance de bas niveau (neurones miroirs)


II.5>Le "pointer"
- protoimpératif: manipuler l'attention de l'autre
- protodémonstratif: manipuler l'intention de l'autre

Ces gestes de "pointer" pourraient s'originer dans les postures asymétriques du bébé.
Ces gestes précèdent l'activité linguistique

III.>L'attention conjointe

C'est la synchronisation du partenariat.
- Pendant les 9 premiers mois: interaction dyadique (contact oeil à oeil, contagion émotionnelle, synchronie)
- ≥  9ème mois: Attention conjointe (partage d'émotions, d'intentions, d'attentions)===>Développement de l'interaction triadique (on pense à 2, à 3...)

Attention conjointe: (Bruner) C'est la capacité à partager 1 évènement avec autrui, à alterner son attention entre 1 objet et/ou une personne. Elle évalue les compétences à établir une attention partagée sur un même objet/personne/évènement.
(La production du pointer est dépendante de cette compétence triadique)
ps: je conseille cet article parlant de l'imitation et d'autisme (Nadel)


Repost 0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 14:50

INTRODUCTION
La motricité est très limitée à la naissance en raison du manque de développement des postures dû aux contraintes toniques
Cependant dans un contexte de motricité "libérée" (bébé installé de façon la moins contraignante possible pour la posture) on observe le "pré-reaching" (réponses automatiques à des stimuli sensoriels tentant d'attraper un objet en mouvement).

                     

Ici filmé par caméra infra-rouge on voit bien que ces mouvements de pré-reaching peuvent être déclenchés par des stimuli autres que visuels (auditifs...).

I>Contraintes de préhension
Cependant 9/10 fois le bébé n'arrive pas à atraper l'objet, et quand il y arrive on estime que cela est dû au hasard. Cela est du à un problème de coordination du registre sensoriel stimulé et de la préhension (ex: vision-préhension). Aussi, si tôt, il n'y a pas d'accomodation de la main (préhension cubito-palmaire) répondant elle-même à la loi de diffusion tonique. A 6 mois : préhension radio-palmaire (le bébé peut tenir un objet dans sa main) et évolution vers la "pince" (il peut attraper des "petits" objets).

II>Contraintes de coordination bimanuelle
Au départ la coordination bimanuelle est indifférencié (le bébé ne peut pas coordiner chacune de ses mains pour élaborer un mouvement  différent avec chacune de ses mains)
-Utilisation de la main "préférée" pour l'action la plus rapide
- Synchrone: les mains bougent à la même vitesse
- Symétrie: Elles bougent dans le même sens
"Dis moi comment tu te coordonne , je te dirais où tu en es."

III>Contraintes liés à la tâche avec variations inter-individuelles
- Jusqu'à 8 mois: besoin de la vision pour rechercher un objet caché
- A partir de 9 mois: recherche automatique

IV.>Contraintes dans les activités ludiques
0-6mois: Jeu sensoriel : exploration (je touche le peigne)
6-12 mois: Jeu fonctionnel: Fonction (je me coiffe avec le peigne)
12-18 mois: Jeu fictionnel: fiction ( je joue avec des petites voitures)
18-24 mois: Jeu symbolique: "faire semblant" (j'imagines que la petite voiture est un avion)

"Dis moi comment tu joues, je te dirai où tu en es."

IV>Contraintes et pathologies:
ex: les limites de manipulations dans l'autisme:
- Intérêt sensoriel inhabituel (le flair)
- Maniérisme des mains/doigts (diffusion tonique)
- Intérêts répétitifs inhabituels au comportement stéréotypé

V>Contraintes environnementales et inter-individuelles
exemple de l'évolution de la locomotion:
Certains bébés passent de la reptation à la marche quatre pattes puis à la station debout.
D'autres ne passent directement de "ramper" à debout
-D'autres (une minorité) adoptent des postures marginales du "ramper" au débout
- etc
CELA PROUVE BIEN QUE LA MARCHE (spontanée) NE S'APPREND PAS!

VI.Contraintes liés à la culture:
L'âge médian de la marche peut beaucoup varier selon les cultures.
Exemple intéressant de niches de développement: l' emmaillement

On porte beaucoup plus un enfant d'Afrique qu'un bébé européen. Lequel marchera le plus tôt?
- Personnellement,(comme beaucoup j'imagine) j'aurais répondu spontanément: l'Européen. Ben Non---> Apparement le fait de "porter" le bébé stimulerait le système vestibulaire (siège de l'équilibre) et développerait en feedback le système visuel.
Donc: Plus on porte un bébé (attention quand même de parfois ne plus le porter ) plus il marchera tôt.

VII.Contraintes cinétiques liés à l'évolution de la marche
- Au début de la marche pour s'adapter, les bébés écartent beaucoup les jambes et font de petits pas (se cassent souvent la figure au passage): c'est la phase d'intégration de la posture.
- Des années après (6-7 ans); les polygones de sustentation développés; on marche élégamment. C'est la phase d'ajustement.

VII.Contraintes liées au partenaire

- Détection de l'intention de l'action
- Mime de l'action


VIII.Contraintes sensorielles

exemple du paradigme de la falaise visuelle de Gibson . (on ignorera cette chèvre à droite )



- Au début les bébés prélocomoteurs continuent de ramper sur le verre malgré le vide.
- Ensuite on observe une réaction d'évitement liée à l'expérience sensori-motrice
===>L'expérience motrice stimule l'expérience de la vision (ici vision des profondeurs)

Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 23:14

I.Les réflexes
I.I>Intro
Ls réflexes sont des réactions automatiques en réponses à des stimuli internes/externes spécifiques.
La plupart sont des fonctions adaptatives phylogénétiques (exemple: le réflexe natatoire) mais sont amenés la plupart du temps à disparaître.
Ils sont localisés apparement dans le tronc et suggère donc un traitement sous-cortical (on a pu observer la plupart des thèmes réflexes comme le réflexe de fouissement chez des bébés anencéphaliques). On les voit revenir dans des pathologies du vieillissement liées au système nerveux central.

I.2>Réflexes et développement
On peut dire que le développement peut consister surtout à l'inhibition de la plupart des réflexes....( ainsi pourrait-on penser l'autisme comme un manque d'inhibition?)

I.3>Exemples de réflexes observés chez le nourrisson:
Bien qu'il y en ai à peu près 70 je n'en donnerai ici que 10:
- MORO (réflexe d'embrassement).
-ATNR (réflexe de l'escrimeur)
-Succion non-nutritive
-Points cardinaux (réflexe de fouissement: en direction du stimulus)
-Grasping (aggrippement)
- La marche automatique (exemple flagrant de développement non-linéaire ou en U: présente les 7 premières semaines, disparait puis réapparait ultérieurement---->On a montré dans certaines conditions (conditions aquatiques) leur réapparition: problème de masse?)
-Babinsky: réflexe de la voute plantaire
-Nage
-Evitement à la douleur
-Clignement des yeux
-................................



                         


                                     "Le Grasping"  (Agrippement)

II.Les rythmies:

Ce sont des mouvements spontanés de bébé apparaissant de manière répétitive dans un délai temporel court.
Ces mouvements spontanés traduisent une recherche d'auto-stimulation (par exemple la fonction périphérique stabilise la vue) et aussi ici une fonction adaptative. ces actes moteurs immatures sont les précurseurs des actions motrices contrôlées et volitionnelles ultérieures.
Ici comme pour les réflexes on peut retrouver des problèmes d'inhibition de mouvements (essentiellement sous formes de stéréotypies dans certaines formes d'autisme).
Doit-on considérer ces stéréotypies comme pathologiques? Cela dépend du concept de "pathologie"  mais finalement c'est du développement.

Repost 0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 18:33

On va étudier la motricité du nourrisson (on distingue la motricité a fonction effectrice: manipuler, se déplacer... et la motricité à fonction expressive: communiquer et exprimer ses émotions).
Mais la motricité ne peut apparaître sans un certain développement de la posture et ce développement de la posture est contingent à un certain développement du tonus.

I.Le tonus
Sachant que le tonus est le premier mode d'expression (motricité à fonction expressive ex: hypertonicité peut exprimer du déplaisir) chez le bébé il convient évidemment de l'étudier .

I.1>loi de diffusion tonique
Le tonus se diffuse selon 2 lois:
- La LOI CEPHALO-CAUDALE de la tête aux pieds , (disons donc de haut en bas)
- La LOI PROXIMO-DISTALE: du tronc vers les extrémités (de l'intérieur vers l'extérieur)

Mais un bon schéma expliquera mieux cela:






I.2> Echelles d'états toniques
Il y en à 5 (Echelle 1: Hypotonicité-------->Echelle 5 : Hypertonicité); Quand on étudie le nourisson on le fait dans l'échelle où il est le plus réceptif c'est à dire l'échelle 3.

II.La posture:
La fonction princeps de la posture est l'adaptation du corps à la pesanteur. Ensuite elle va permettre l'orientation du corps et impliquer mouvements et motricité.

II.1>Les postures asymétriques:
Elles ont une fonction  adaptation à l'interaction et génération de points d'appuis: de par cette fonction de génération de points d'appuis on observe donc une motricité spontanée ASYMETRIQUE.

Postures asymétriques===>
1>Fonction de répartition de la diffusion tonique------>2>Construction axe corporel------>3>Adaptation perceptive à l'environnement et à l'interaction/communication.
Exemple:ATNR ou réflexe de l'escrimeur)

                    
II.2>Postures symétriques:
--->Adaptation du niveau de vigilance (ex: le réflexe de MORO dit réflexe d'"embrassement") suite à un choc brusque.


                    


Les postures (selon la loi tonique) ont pour fonctions essentielles la lutte anti-gravitaire et l'orientation du corps dans l'espace.

II.3>Lien entre posture et espace:
Au départ aves ses capacités posturales initiales, le bébé unifie le monde par 3 espaces distincts:
GAUCHE---------------- BOUCHE ----------------- DROITE
"LA connaissance du monde passe par la bouche"

III. En Pratique: Diagnostic d' IMC (ou DMC) (  infirmité motrice-cérébrale)
En examinant la tonicité et le répertoire postural du nourrisson on peut diagnostiquer des IMC.
Au début la tête est "ballante" ce qu'on ne doit plus observer après 3-4 mois car il doit y avoir une lutte antigravitaire permise par le tonus. et au contraire au "départ" les membres extérieurs sont censés être hypertoniques puis plus "passifs" au cours du temps...
(Ce dernier paragraphe illustre bien finalement la loi de propagation du tonus: cephalocaudale et proximodistale).

Exemple pratique : Le "tiré-assis"

                       



Cette manœuvre est la plus utile pour l'examen du tonus axial.
Au départ, l'enfant est couché en décubitus dorsal "devant soi".
Dans un 1° temps, comme figuré en I, on tire l'enfant par les bras pour l'amener en position assise, tout en sollicitant sa participation active; on doit observer, pendant toute la manœuvre, le maintien de la tête dans l'axe du corps grâce à la contraction "anticipatrice" des muscles fléchisseurs du cou.
A ce moment, comme figuré en II, si on stabilise l'enfant en position assise et en s'aidant de stimulations visuelles ou auditives, la tête est maintenue un court instant dans le plan frontal par la contraction synergique des muscles fléchisseurs et extenseurs du cou.
Dans un dernier temps, figuré en III,  on penche l'enfant en avant puis on le repousse vers la position assise sans changer de "prise" toujours en associant des sollicitations; on doit observer une extension active de la tête, anticipée sur la position du tronc, mettant en jeu les muscles extenseurs du cou.
Cette dernière photo et son texte sont pris dans l'intégralité de l'article sur  :  http://www-sante.ujf-grenoble.fr/SANTE/neonat/Images/Mantirassis.htm

Autre Exemple: bébé agé de 6 mois dit "IMC": En décubitus ventral il "pend" alors qu'il devrait faire le "planeur", cette dernière posture traduisant une rigidification de l'axe. Je n'ai pas d'image......

IV.Calendrier développemental
IV.1>Posture et tonus

        


IV.2>Habilités posturales et habilités locomotrices

            

V.Différentes perspectives théoriques:
Résumé:
L'axe corporel se constitue petit à petit en répondant à un loi de diffusion du tonus. La première contrainte de cet axe est la lutte antigravitaire.
Le tonus est le premier mode d'expression du bébé (ex: hypotonicité = anhédonie)
Le tonus et les postures sont les premiers marqueurs développementaux et permettent de situer le bébé dans son développement. La présence de dyspraxies importantes chez un bébé peut révéler une mauvaise adaptation de la posture et du tonus.
Les postures vont évoluer petit à petit et permettre des praxies (mouvements coordonnés) et un espace de préhension unifié, et enfin permettre la motricité ultimement (et culturellement) attendue: La locomotion (à partir de 10 mois).

Repost 0

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche