Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:20

Définition: « Les applications des méthodes, théories, principes ou résultats de recherche en psychologie sociale à la compréhension et la solution de problèmes sociaux » (Oskamp & Schultz 1998)
 - Plusieurs laboratoires de psychologie sociale appliqué
- Une « vitrine » pour la recherche fondamentale.
- Insertion professionnelle des étudiants.
- Emergence de nouveaux problèmes (environnement, nouvelles technologies.. jeux vidéos,internet & facebook.)

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:15

I.Un modèle en 5 étapes : "INGENIERIE PSYCHO-SOCIALE" (Py & Somat, 2000)
1>Evaluer le problème de terrain (évaluer l'efficacité des procédures existantes et repérer les biais et insuffisances.
2>Proposer des modifications de la procédure habituelle ( Ces propositions reposent sur les modèles sur les modèles et théories de la psychologie scientifique) : ceci est fondamental entre psychologie de terrain et psycho sociale appliquée
3>Comparer l'efficacité des différentes propositions pour retenir la mieux adaptée.
4>Appliquer le modèle d'action à systématiser sur le terrain
5>Accompagner  par une formation ou un suivi les professionnels dans le but de mettre

II.Illustration de ce modèle: l'entretien cognitif (Demarchi& Py, 2006)
 C'est un nouvel outil au service de la justice issues des connaissances de la psychologie cognitive et de la psychologie sociale.
Pour le recueil des témoignages :
>Objectif : Améliorer l'efficacité des auditions de témoin ou victimes.
>Enjeu: optimiser les chances de résoudre l'enquête.

ETAPE 1: ALUER LE PROBLEME DE TERRAIN : dresser un bilan des procédures existantes!


Dans la procédure habituelle (le procès verbal) : on a repéré des dysfonctionnement:
- Rappel libre des faits
- Questions spécifiques (dans cette partie les scientifiques ont relevé un certain nombre de dysfonctionnement et ce, essentiellement dans la manière de poser les questions.).

Bilan des principaux dysfonctionnements:
- fréquence des questions trop élevée (1 toutes les 10 secondes) : ca coupe le récit/raisonnement et ça perturbe la concentration du témoin.
- Questions fermées: « étiez-vous le seul témoin? »... induisant réponses binaires ( OUI ou NON)
- Ordre des questions pré-établi. L'ordre peut être ne suivent pas toujours le cheminement mental du témoin/victime.
- Beaucoup de questions dirigées (i.e induisant un élément d'information nouveau dans la scène que ne connait pas forcément le témoin) ex: «  avez vous vu UN signe stop » vs «  avez vous vu LE signe stop? »..cela va amener des réponses à la place d'autres
- Commentaires à caractère évaluatif de la part de l'enquêteur. ex: « c'est tout? »).. vont rendre le témoin ou victime nerveux/défensif.

ETAPE 2: PROPOSER DES MODIFICATIONS DE LA PROCEDURE HABITUELLE

Sur la base du bilan... on propose:
- Plus de rappels libre des faits
- Eviter le questionnement incessant du témoin
- Respecter le cheminement mental du témoin

Sur la base de la littérature scientifique :
Référence : la théorie de l'encodage spécifique de TULVING
Cette théorie : On a d'autant plus de chances de se souvenir d'un évenement que le recouvrement entre la situation de récupération et cele d'encodage est important.
La proposition: on va replonger le témoin dans des conditions contextuelles les plus proches de l'évènement.
- Consigne 1: Repenser mentalement au contexte physique et émotionnel de la scène ( consigne recontextualisation).
- Consigne 2: Restituer un max d'infos même si elles lui semblent peu pertinentes. ( consigne Hypermnésie).

Référence de Tulving : On peut récupérer un même souvenir en empruntant plusieurs chemins d'accès différents..
ex: oubli d'un nom : on se remémore le physique de la personne, où on se rappelle un contexte ou on a vu la personne).
la proposition: Accéder aux souvenir inaccessibles en mémoire par des méthodes différentes.
- Consigne 3:  Raconter la scène mais dans des ordres chronologiques différents ( de la fin au début ie effet de récence vs effet de primauté : cf cours sur la mémoire en L1).
- Consigne 4: Raconter l'évènement en adoptant une autre perspective (celle d'un autre protagoniste).
Après tout ça, si on veut on peut compléter par l'ancienne technique

ETAPE 3: COMPARER L'EFFICACITE DES DIFFERENTES METHODES:
Etudes de laboratoires et études de terrains pour comparer:
Procédure habituelle VS Entretien cognitif
> Supériorité de l'entretien cognitif : +30 % d'informations exactes en plus et 50% pour les enfants.  et pas d'augmentation des affabulations.

Les dernières recherches ont amené à des études sur des enfants qui sont très suggestibles. Question dirigée --->réponse souvent attendue.
L'entretien cognitif permet d'éviter beaucoup de biais d'enfants.

ETAPE 4 : APPLIQUER LE MODELE D'ACTION
On a mis l'entretien cognitif en Angleterre! Ca commence en france (Nice).

ETAPE 5 : ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS

--->Mise en place d'un vaste plan de formation à l'entretien cognitif des officiers de police.


                  



Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:13

I.protection de l'environnement:
-Objectif: Changer les mentalités pour obtenir des comportements "eco-responsables". (réductions déchets, recyclage, économie d'énergie..)
-Une théorie utile à l'action : l'engagement : les travaux de Joule & Beauvois (1998)

II.la discrimination: 

II.1>La discrimination : introduction
- Objectif: lutter contre toutes les formes de discrimination (comportements généralement négatifs, à l'égard des membres d'un groupe social sur la simple base de leur appartenance à ce groupe: ex: racial, sexuel, de l'âge etc...)


On y trouve plusieurs domaines (HALDE, 2008).
l'emploi (discrimination à l'embauche)
l'éducation
le logement
le service public
Accès aux biens et au service

Quelques chiffres (vieux chiffres) : « les femmes à même niveau de qualification, gagnent en moyenne 20% de moins que les hommes (INSEE, 1995).
Cela pourrait être du en partie au fait que la femme développe des stratégies d'auto-handicap: cela est dû au stéréotype.
« Le taux de chômage pour les français est de 9,5% contre 29,5% pour les français d'origine maghrébine. »


II.2>La discrimination : des explications
- Les inégalités constatées s'expliqueraient par une « différence de nature » entre les individus appartenant à ces différents groupes sociaux (cause interne).
- Les inégalités constatées résulteraient de la discrimination dont ces personnes sont victimes du fait de leur réputation d'infériorité (cause externe).

II.3>La discrimination : des solutions
Une stratégie efficace: la discrimination positive.
==> Elle implique d'adopter des comportements positifs envers les membres des groupes discriminés.

III.En résumé

«La psychologie sociale appliquée procure au chercheur un pouvoir d'action sur son environnement. »
On analyse le problème, puis avec des outils scientifiques on propose des solutions.

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:09

INTRO:
La justice est un des premiers domaines d'application de la psychologie expérimentale,( cf : les travaux de Binet sur les faux témoignages d'enfants.)
-Objectif: Eviter les erreurs judiciaires
"La décision de culpabilité ou non-culpabilité est fondé sur la base de l'intime conviction des individus." (code procédure pénale).
Plusieurs biais (influence sociale, stéréotypes, discrimination, stigmatisation) peuvent interférer sur une prise de décision.

I.Exemples illustratifs:
I.1>Exemple de l'affaire d'Outreau:
Historique ICI.
Amalgame Outreau? Dutroux?
Quoi qu'il en soit le jeune juge effectue un biais de confirmation d'hypothèse. ce dernier est la tendance qu'on a à chercher activement (pas toujours de manière très consciente) plus de poids aux preuves qui confirment nos hypothèses.
Le biais de sélection a été fait ici dans le choix de la collecte des preuves.


La première impression (celle sur laquelle on reste) est souvent déterminée par les caractéristiques du sujet (passé judiciaire bien sûr, mais aussi les caractéristiques physiques, sociales...)
- Les gens en costard reçoivent des jugements plus cléments  que les autres (Guégen & Pascual, 2002)
- L'attractivité (physique et sociale), est négativement corrélé avec l'importance de la sanction (Webster, 1998)
- L'influence des médias est particulièrement importante, surtout dans les affaires sordides ( les gens sont d'autant plus amené à détester un criminel qu'ils ont entendu parler du crime qu'il a commis)
- L'insistance sur le récit des faits entraine davantage d'émotions négatives et plus de jugement sur la culpabilité (Stebley & coll., 199: pour une méta-analyse).


I.2>L'affaire Patrick Dils:
HISTORIQUE ICI
I.2.1> Les circonstances:
Des aveux après 36 heures de garde à vue; il est inculpé d'homicide volontaire et est condamné à perpétuité malgré des éléments de preuves mettant en doute sa culpabilité

I.2.2>Un procès perdu d'avance?
- Une pression médiatique très importante (opinion publique défavorable à Dils).
- De premiers aveux sous la contrainte
- Attractivité physique et sociale faible
- Peu d'assurance et des propos contradictoires (rappel: le gosse a 16 ans quand il est jugé)

                             


I.2.3>Un procès favorable
A la suite de certains éléments montrant la présence du tueur en série Françis Holmes, on accorde un nouveau procès à Dils.
- Une pression médiatique très forte là aussi (sauf que maintenant l'opinion publique est avec Dils)
- Une attractivité physique de loin supérieure (Patrick s'est fait un nouveau look)
- Plus d'assurance!


                          


Malgré son innocence et l'indemnité d'un million d'euros qu'il touchera, Dils aura passé quand même près de 15 ans en prison....

I.2.4>Interview de Patrick Dils :

     



II..D'autres erreurs potentielles?

II.1>L'influencabilité du jury
- une influence informative: les juges fournissent la majeure partie des infos nécessaire aux délibérations.
- une influence normative: du au statut du juge

II.2> Erreurs d'identification
II.2.1>L'effet de race
Les erreurs d'identification augmentent de 22% dans les cas d'identification inter-ethniques par rapport à une reconnaissance intra-ethnique
.
II.2.2>Les affabulations des victimes.
- Du principalement à des méthodes d'interrogations peu efficaces...

III.Collaboration Justice & Psychologie
 ===>Développement de l'entretien cognitif et de nouvelles méthodes.

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:04

INTRODUCTION

Le psychologue s'attachera ici à :
- Connaître les besoins et désirs du consommateur pour créer les produits les plus adaptés (marketing)
- Persuader le consommateur d'acheter le produit (publicité)

I. Le marketing

- L'objectif est d'optimiser la persuasion publicitaire
- On s'est posé la question suivante: "Pour promouvoir un produit vaut-il mieux employer de bons arguments ou des célébrités (joueurs de foot comme Zidane, chanteurs comme Johnny etc).

Hypothèse: le niveau d'implication des individus serait un facteur déterminant de persuasion.
- expérience de Petty, Cacioppo & Schuman (1983)
Ils ont pris (plusieurs fois bien sûr) un groupe d'étudiant "fortement impliqués" (c'est à dire ici vraiment dans le besoin, ou la "galère") vs un groupe d'étudiants "faiblement impliqués".
On leur présentait 12 publicités contenant une publicité cible (un rasoir jetable).
On mesure donc 2 VI sur les fonction de la variable "faible ou forte implication"
- Attitude vis à vis du produit selon le niveau d'implication et la qualité des arguments: la qualité des arguments influence de la manière la plus significative les étudiants fortement impliqués.
- Attitude selon la source du message: Influence le choix de ceux qui sont faiblement impliqués.

Conclusion: Le message publicitaire doit s'adapter à la cibe!

II.Le commerce: quelques techniques

II.1>La technique de l'amorçage avec "effet de gel"
On amorce le consommateur:


"Superbe ordinateur dans notre magasin pour une promotion
INCROYABLE: nombres limités; venez vite!"
(En fait il se peut très bien que nous ayons eu cet ordinateur en promotion au nombre d'une petite dizaine voire moins..)
Notre consommateur arrive:
- "Oui bonjour, je viens acheter le super ordinateur en promo"
- "Désolé Monsieur nous n'en avons plus" ou "Oui nous pouvons peut-être vous le commander et il sera là dans 6 mois, et bla bla bla..."
====>Effet de gel: on "glace" le consommateur.. MAIS:

Selon le principe de consistance il est probable qu'on arrive à lui faire acheter autre chose
- "Vous savez que pour tel prix il y a un ordinateur incroyable? Il est moins connu mais bla bla bla..."
===>On a amorcé le client avec un objet et il repart avec autre chose: De toute manière on est toujours gagnant s'il achète.

II.2>Technique de la "porte au nez"
Par une requête très couteuse on peut amener le consommateur à finalement acheter quelque chose de moins couteux... Il vient acheter un bon matelas pour ses lombaires (trop cher) il repart finalement avec un lit de camp gonflable!

II.3>Technique du "pied à la porte"
Ici le principe c'est exactement l'inverse en amenant le sujet à accepter une requête peu coûteuse on peut l'amener à effectuer un acte plus couteux.
Par exemple le numéro 1 et 2 de la collection Atlax pour 1 euros, ensuite le 3 et le 4 à 4 euros, Le 5eme "édition spéciale" à 10 euros... etc.
C'est le principe de base de la manipulation.

II.4>Bilan:
Chacune des techniques présentées augmentent de plus de moitié la probabilité que l'acheteur accède à la 2eme requête !

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:03

                               Psychologie de la santé

On peut être amené à étudier divers domaines de la santé en psychologie sociale: gestion du stress, actions préventives (utilisez la capote!), campagnes (anti-tabac, anti-alcool, anti-toxiques...); etc etc.
Expérience sur le dons d'organes (Beauvois & Joule): étude faite sur la greffe de cornée.
"Comment conduire les gens à donner leurs organes ou les organes de leurs défunts?" (la cornée donc dans ce cas-ci)

Problème identifié: Seulement 15% d'acceptation du don d'organe
Cause repérée: absence de positionnement du défunt sur le don d'organe.
On va prendre comme référence la théorie de l'engagement (cf: théorie de Lewin pour la source... je renvoie ICI ; conseil bibliographique: "Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens" de Beauvois & Joule :où y est bien exposé la théorie de l'engagement, je le conseille vivement, de plus il est bourré d'humour ce qui est un plus...) )

Objectif: Convaincre la famille de donner l'organe du mort.

1>instaurer un climat de confiance (on préfère envoyer des infirmier/es qui sont censés être plus "neutres" que le médecin)
2>Invoquer :
- un acte préparatoire: "Vous si on vous le demandait, accepteriez-vous de donner vos organes?" (technique du "pied-à-la porte")
-Une norme de réciprocité: Les infirmiers vont aider la famille pour les formalités .....
- Une norme de consistance: "Cette personne de votre famille était-elle généreuse?" (en général on répond "oui") puis "De son vivant, vous pensez qu'elle aurait accepté de donner ses organes?"

Si l'on compare un groupe contrôle (n'ayant donc subi aucune influence) au groupe "manipulé" (lequel sur lequel on a induit une condition d'engagement): le taux d'acceptation passe de 15% à 46% en moyenne!!! (désolé je ne fais pas de graphe).
===>Cette utilisation peu coûteuse d'un grand principe psychologique permet de rendre la vue à plus d'une centaine de personnes chaque année en France!!! (si c'est pas un bel exemple d'ingénierie ça).

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:01

I.Le rôle du contexte dans l'éducation:
I.1>L'effet Pygmalion

Anecdote sur l'origine du nom:


 

"Pygmalion est un sculpteur résidant à Chypre. Révolté contre le mariage à cause de la conduite répréhensible des Propétides  (femmes de Chypre) dont il était chaque jour témoin, il se voue au célibat. Mais il tombe amoureux d'une statue d'ivoire, ouvrage de son ciseau : il la nomme Galatée, l'habille et la pare richement. Lors des fêtes dédiées sur l'île à Aphrodite, il prie la déesse de lui donner une épouse semblable à sa statue. Son vœu est exaucé par la déesse, qui donne vie à Galatée. Pygmalion l'épouse alors (en présence d'Aphrodite) et aura d'elle un fils, Paphos, et une fille nommée Matharmée  d'après certaines versions.

Les Propétides avaient nié la divinité d'Aphrodite ; la déesse les punit en allumant dans leur cœur le feu de l'impudicité. Elles finirent par perdre toute honte, et furent insensiblement changées en rochers."

 

Définition prise sur Wikipédia


Pour résumer: l'effet Pygmalion est le comportement (ou du moins une partie du comportement) adopté par le sujet en fonction des attentes des modèles qu'il prend comme référence (les parents, les profs....)

Hypothèse de Rosenthal & Jacobson:
"Les enfants sur lesquels les professeurs fondent des espoirs particulièrement favorables présenteront un développement intellectuel plus important que les autres enfants"
C'est à dire qu'on va considérer que les attentes des enseignants "contaminent" le comportement des élèves relatif aux performances....

Niveau initial de l'élève<---------- ----------->Attentes de l'enseignant  =========>PERFORMANCES DE L'ELEVE


On peut dire d'après cette théorie que les attentes de l'enseignant permettent de prédire le comportement de l'élève relatifs à ses performances.
Expérience: (on a pris des élèves de CP)
- A la rentrée:
on mesure le Qi des élèves
- 4 mois plus tard: on leur fait subir un test d'inflexion des courbes de réflexions (test de mesure existant réellement mais qui sera "bidon" dans notre cas); on dit aux enseignants que ce test va nous aider à repérer des "démarreurs tardifs" (c'est à dire des élèves qui semblent à priori comme les autres mais qui sont amené à développer un grand pouvoir intellectuel); donc on ment au sujet comme presque toujours en psychologie sociale et expérimentale.
- à la fin de l'année: test de QI de nouveau effectué sur l'ensemble des élèves:`


       
====>Les enfants dont les enseignants attendaient (à tort) de meilleurs résultats étaient objectivement deenu plus compétents
Voici une petite vidéo relative à l'effet Pygmalion (en anglais)

      


Source de ce document:http://www.psychologie-sociale.com/index.php?option=com_content&task=view&id=253&Itemid=84

I.2>L'échec scolaire: une conséquence de l'effet Pygmalion?

"Le comportement de la cible va être conditionné par les mécanisme de stéréotype":
Dans cette conséquence directe: la simple évocation d'un stéréotype peut dans une situation évaluative affecter négativement les performances des individus qui en sont la cible; c'est la menace du stéréotype.
De manière générale on étiquette des "bons" et des "mauvais" élèves (le petit génie vs le cancre... moi j'étais dans le dernier cas à l'époque).
Il se trouve que selon la hiérarchisation des disciplines on a tendance à observer un schéma ressemblant à ça:

"Bons" élèves           <---------------------------------> Matières scientifiques et matières complexes
          ↑                                                                                          ↑
                                
          ↓                                                                                          ↓
"Mauvais" élèves      <----------------------------------> Sports, arts plastiques, musique.....

Selon la valeur accordée à la discipline les performances sont différentes selon l'étiquettage "bon" vs "mauvais".

L'expérience (remarquable ;) ) de Monteil & Huguet (1991) :
Tâche: "mémoriser une figure géométrique complexe (la figure de Rey) :

         
         

Condition 1 (condition géométrie): on va dire aux élèves qu'on évalue leurs compétences en géométrie
Condition2 (condition dessin): on va dire aux élèves qu'on évalue leurs performances en dessin
Résultats:




Conclusion: La valeur perçue de la tâche influence les performances et sur-détermine le niveau scolaire de l'élève.
===>Le contexte peut modifier (et modifie souvent d'ailleurs) les compétences inhérentes à un individu.
"Les performances scolaires ne dépendent pas seulement des caractéristiques cognitives de l'élève mais varie aussi en fonction du mode d'évaluation mis en place par l'enseignant et des valeurs qu'il rend plus ou moins saillantes".

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 22:51

                                     INTRODUCTION:

Psychologie sociale: Science appliquée se voulant "utile"
Le psychologue social: un ingénieur
Le psychologue social a pour vocation d'oeuvrer pour les sociétés, en produisant des connaissances, des théories et des modèles scientifiques destinés à comprendre voire à résoudre des problèmes de terrains.

                                      


              Quand la psychologie sociale est une discipline appliquée.

Dès ses débuts, la psychologie sociale a toujours été une psychologie appliquée.
0.PANORAMA
0.1>Quelques expériences "cultes"
Ces expériences ont été à l'intersection de la théorie et de la pratique
0.1.1>Les travaux de E.Mayo
Ils vont alimenter la recherche sur les motivations à produire, la satisfaction au travail, les rôles, les statuts, le stress...
Rappel ICI.
0.1.2>Les travaux de Hovland & al (1949)
L'objectif était de convaincre les marines américains que la guerre serait plus longue que prévue.
Il démontre qu'une argumentation unilatérale ("la guerre sera longue") a plus d'effets sur des gens dit "moins instruits" et qu'une argumentation bilatérale (la guerre risque d'être longue, mais..bla bla bla") est plus efficiente sur des gens dits "plus instruits"
0.1.3>Les travaux de Lewin sur la participation
Pour un problème de terrain le gouvernement fait appel à un psychologue de renommée: Kurt Lewin.... Rappel ICI.
Les travaux de Lewin ont menés à
- une théorie du champ
- un courant de recherche basé sur la dynamique des groupes
- la recherche-action

0.2>Quelques grands thèmes en psychologie sociale
Voici des évènements de la vie réelle qui ont inspirés la plupart des travaux de recherche en psychologie sociale:
0.2.1>Milgram et la soumission à l'autorité
Voir rappel  ICI.

0.2.2>Les recherches sur les discriminations (raciales, ethniques, sexuelles, religieuses, sociales etc.)

0.2.3>Les recherches sur l'apathie des témoins (B.Latané&J.Darley)
Il y a une vidéo extraordinaire relative à ça (mais je ne peux pas la mettre sur le site en raison de copyrights) que vous pouvez voir à cette adresse :http://www.canal-u.tv/producteurs/les_amphis_de_france_5/dossier_programmes/psychologie/regards_sur_la_psychologie_sociale_experimentale/la_non_assistance_a_personne_en_danger

0.2.4>Les recherches sur la propagation des rumeurs (Allport & Rostman)
Ils vont étudier comment la rumeur de Pearl Harbor s'est propagé malgré les démentis du président Roosevelt.
Je renvois au TD de première année sur les rumeurs.

0.2.5>Les recherches sur les conséquences de la stigmatisation sociale
    

Aux USA les "personnes de couleurs" (les blacks quoi) obtenaient en moyenne, significativement, de moins bons scores aux test d'entrées aux université, et spécialement en ce qui concernaient les tests dit d'intelligence.
(Rappel du contexte de cet époque aux USA: les américains blancs voient les noirs comme des gens stupides et fainéants, et si l'un d'entre eux brille, il est considéré comme une exception).
===>La simple évocation d'un stéréotype peut, dans une situation évaluative, affecter négativement les performances des individus qui en sont la cible!

Condition expé1: On demande aux étudiants de marquer lors de l'épreuve leurs origines ethniques sur la feuille
Condition expé2: Même test sans l'évocation de l'identité ethnique
Résultats (taux de réussite):
Condition expé1: Réussite Noirs << Réussite Blancs
Condition expé2: réussite Noirs = Réussite Blancs.
===>Ces expériences ont obligé les autorités à changer les méthodes d'évaluation: VIVE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE!!!

(autres exemples de stéréotypes: les blondes sont moins intelligentes (un stéréotype très récent, les filles sont moins bonnes en maths que les garçons, les vieux n'ont pas de mémoire, les belges sont des abrutis, etc etc.)

0.3>Conclusion:
2 Objectifs de cette psychologie appliquée:
- Comprendre et produire des connaissances
- Apporter des solutions contingentes

I.Les années 1960: Rupture entre les psychologues (Recherche fondamentale vs recherche appliquée)
A cette époque la plupart des psys se tournent vers l'expérimentation en laboratoire et "oublient" le terrain, l'objectif princeps est d'augmenter la connaissance.

On retrouve donc 2 "races" de psychologues à cette époque:
- Des ingénieurs de terrain mais devenus des psychologues de "bon sens" ou du "sens commun" (en gros ils connaissent à peu près des théories et raisonnent un peu logiquement comme tout le monde, sans données ni théories concrètes).
- Les chercheurs voulant accentuer un maximum les connaissances scientifiques.

Les premiers ont reprochés le "côté artificiel" des expériences des chercheurs
Les derniers ont reprochés la faible validité scientifique des praticiens (d'ailleurs les recherches faites sur le terrain à cette époque là n'ont pas été publié dans les revues scientifiques car non-significatives en raison de la difficulté de mesure).

II.Retour vers une psychologie "utile"
II.1>Définition
--->Retour vers une psychologie scientifique ET appliquée (plus coupée du terrain)
Définition de Schultz & Oskamp :
"L'application des méthodes, théories, principes ou résultats de recherches en psychologie sociale, à la compréhension et à la solution des problèmes sociaux"

Psychologie sociale: " Discipline qui utilise des connaissances scientifiquement fondées pour résoudre des problèmes spécifiques et concrets."
II.2>Démarche de l'ingénieur/psychologue social
- Evaluer le problème ou la situation à l'étude
- Puiser dans ses connaissances théoriques et méthodologiques (outils, paradigmes...) et proposer des solutions adaptées
- Evaluer l'éfficacité des solutions apportées.
- Systématiser un modèle fonctionnel
- Accompagner les professionnels (Marketing, Justice, Médecine etc)

Une démarche donc utile pour :
--->Le terrain: on enrichit les pratiques sociales et professionnelles
--->Les théories: on enrichit les modèles scientifiques et nos théories ont une validité écologique.

Repost 0

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche