Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 15:20

loadimg.php.jpeg

 

 

                                        "Exemple du test du dessin de famille (1)"

INTRODUCTION

Le référentiel théorique de ce test est le référentiel psychanalytique.
Nous ne sommes pas dans la même logique que le MMPI (description, sémiologie)
Ici c'est la dynamique psychologique qui est mis en exergue (d'un point de vue psychanalytique) donc aussi une perspective explicative. On ne diagnostique pas sous risque d'erreur avec ce type de test, le MMPI lui est plus approprié pour le diagnostic mais pas du tout pour l'explicatif.
Le choix se fait selon l'objectif.

Pour travailler avec cet outil il faut maîtriser les modèles psychanalytiques.

Rappel des concepts de base du fonctionnement psychique d'un point de vue psychanalytique
- Première topique:

Niveau de fonctionnement de l'appareil psychique(conscient, préconscient, Inconscient). On essaie de contenir l'inconscient de le contrôler mais on y est soumis.

Tout ce qui est pulsionnel est dans l'inconscient.

 

- Deuxième topique:

Dans les années 1920 Freud complexifie le modèle, il reprend ce découpage mais y ajoute des instances (Moi, Surmoi et ça)

Seul le ça est strictement inconscient et le Moi et le Surmoi se déclinent sur les trois niveaux.

 

Ce modèle est intéressant pour décrire un conflit intrapsychique. La vie psychique des individus est fait de contraires.

Le ça va avoir des exigences de satisfaction vis à vis du Moi certaines pulsions sont plus ou moins acceptables et plus ou moins réalisables.

 

                    496px-Theorie_de_Freud.svg.png

 

 

Il y a le "je veux" (ça), le "je peux" et le "je dois" (surmoi).

La tension psychologique est au coeur de l'individu.
Le conflit génère de l'angoisse quand il est mal géré (l'appareil psychique n'arrive pas à la réduire) et pour survivre il va falloir trouver une solution en diminuant le conflit: par exemple faire comme si la réalité n'existait pas: le déni.

Exemple: conception psychanalytique de la maladie d'Alzheimer de l'anosognosie.

On peut aussi considérer qu'on met les exigences pulsionnelles de côté, c'est le refoulement (comme François dans l'étude de cas de l'article précédent).

Il y a la répression qui est à mis chemin entre le coping et les mécanismes de défenses, on met de côté temporairement une information( exemple pour suivre on cours je met de côté mes soucis personnels venant de l'intérieur, la pulsion psychologique).


Le cas de Catherine (étudié en cours données non disponibles ici)

Anamnèse:

- Difficultés scolaires: troubles de l'attention soutenue (concentration).

- Désintérêt, manque de motivation pour les études: la baisse de motivation est facteur de dépression (NB:Si l'enfant est anxieux il peut être hypervigilant à tous les stimuli anxiogènes)

- Il y a des cauchemars contemporains des troubles scolaires (les deux pourraient donc avoir la même relation)

Jusque là, la personnalité de l'enfant ne posait pas de problèmes mais il y a avait déjà apparemment une personnalité de type anxieuse on y retrouve une personnalité nerveuse, colérique, fixée à sa famille, qui a donc du mal à se prendre en main. Cet enfant a une forte dépendance à l'égard de son environnement.

L'enfant n'est pas loin du stade génital, qui renvoie à l'Oedipe. On a une relation fantasmée avec ses parents. La fameuse triangulation.

Cette relation peut être positive ou négative mais il y a quand même une ambivalence (la fille qui veut épouser le père et dégager le père, ce n'est pas strictement ça. La petite fille s'identifie à sa mère, l'identification n'est possible donc que par investissement d'objet cela explique l'ambivalence quant au parent du même sexe).

 

Ce changement rehausse en avance la problématique Oedipienne et surtout l'angoisse de castration.. La réalité est rentrée en congruence avec ce fantasme.

La personnalité anxieuse ne joue un jeu qu'en présence de situation anxiogène.

 

Le dessin: (vu en cours, non disponible ici)

Le personnage le plus détaillé est censé être le personnage auquel l'enfant s'identifie. Ici c'est l'adolescente de 14 ans.

Au niveau du père: Il est tout à droite, en retrait

Le personnage de 9 ans vient représenter un enfant imaginaire plus jeune que la petite fille, âge précédant le déménagement. L'enfant dira que l'âge précédent 10 ans.

Le quatrième personnage correspond à une image idéalisée d'elle même où il était possible d'avoir une relation possible avec ses parents.

  loadg.php.jpeg

                                         "Exemple du test du dessin de famille (2)"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche