Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 13:20

I. Perception du stress

I.1> Modèle de Pearlin & Schooler

 

001-copie-1.jpg

 

Le modèle de Pearlin & Schooler décrit le stress perçu comme un processus psychologique combinant 2 grandes catégories de sources qui sont sources chroniques et épisodiques du stress et 3 domaines conceptuels qui sont les sources du stress + contexte, les médiateurs (exemple: croyances auto-référées) et la sémiologie du stress (modifications comportemlentales, émotionnelles, physiologiques) .

 

I.1> Sources du stress

• Sources épisodiques: Sources ayant un début et une fin (sources bornées dans le temps, comme l'année scolaire par exemple commençant le premier jour scolaire et terminant le dernier en théorie).
Sources chroniques: sources qui vont se chroniciser (durer jusqu'à la fin de notre existence comme le rhumatisme).

 

I.2> Contexte

ll y a un contexte (ou « paysage ») où les stresseurs apparaissent, et surtout dans le contexte on fait potentiellement face à d'autres stresseurs. Ca peut être l'environnement familial ou au contraire la solitude, l'environnement scolaire ou professionnel...et ce contexte va déterminer une orientation de l'attention vers certains aspects du stresseur!

 

I.3> Interprétation de la situation

Donc l'interprétation de l'événement est une construction cognitive globale de la situation et fonction de l'environnement.

 

I.4> Stress perçu: une convergence temporelle entre l'événement et les autres stresseurs

L'évaluation de l'événement est moins fonction de ce dernier que la recherche d'une convergence dans le temps entre lui et les autres stresseurs.

 

Quelle journée épuisante! Ca ne vas pas au travail, en plus tout ce travail qui m'attend et mes 2 heures d'embouteillages que je viens de traverser. Enfin s'effondrer dans son lit et finir le chapitre de son bouquin.

Mais en aécoutant le répondeur:

"Chéri je ne reviens pas ce soir, tu gardes les enfants? merci".

La réaction de jeter le répondeur (et crier peut-être..) ne dépend pas du répondeur mais que le système cognitif cherche à faire converger une info nouvelle avec les expériences passées (si je suis dans un état de distress élevé mon système cognitif va essayer de rendre congruent tout événement avec l'état actuel). TOUT DEPEND DU CONTEXTE: je vais être content de voir les enfants si je suis reposé  (et là je ne jeterais pas le répondeur par terre) mais si j'ai beaucoup de travail et que je suis très fatigué ça risque de ne pas le faire...

 

 

I.4> Description du stress perçu

Selon Pearlin pour décrire et investiguer le stress perçu on doit décrire la qualité du stresseur (chronique ou épisodique) + contexte (support social + coping + croyances auto-référées)  + Aspect sémiologiques du stress (modifications biologiques, comportementales et émotionnelles).

 

II. Processus du stress

II.1> Généralités

Le stress a un effet sur les médiateurs (contrôle perçu et stress perçu) qui ont un impact sur la maitrise de soi et l'estime de soi.

 

002-copie-1.jpg


Là où on peut travailler en psychologue ça va être sur les médiateurs et les conséquences psychologiques des médiateurs. Faire évoluer la perception de la situation.

 

 

II.2> Principaux médiateurs en jeux dans la perception du stress

Stress perçu: peut engendrer un coping passif-évitant si perçu de manière trop intense

Auto-efficacité:Permet une bonne adaptation au stress, on compare en général son efficacité à celle d'autrui

Satisfaction/Soutien social: favorise le bien-être et la santé

 

 

II.3> Exemple d'application pratique en psychologie de la santé: la satisfaction au travail

On a fait une étude sur des salariés pour modéliser (modélisation statistique: manière de concevoir les déterminants) les déterminants psychologiques de l'adaptation au travail.

003-copie-1.jpg

 

Sur la partie gauche on a certains médiateurs (support social, stress perçu, contrôle perçu), au milieu les formes de coping et sur la droite la satisfaction au travail.

Les médiateurs interagissent entre eux (exemple:support social & stress perçu).

Pour illustrer: Un salarié en stress au travail qui considère que son environnement social lui donne une aide satisfaisante (cela favorise une répulsion de stress perçu).

 

On va essayer de favoriser un type de coping à un autre pour favoriser le bien être psychologique.  En général le coping actif est bon prédicateur (sauf dans certaines situations où un coping passif est adapté).

Tout dépend de la contrôlabilité de l'événement (« vous avez 99% de chances de vous en sortir, vous allez mourir", mieux vaut privilégier un coping passif et ne pas se focaliser sur sa maladie si on veut profiter encore un peu de la vie).

 

III. Modèle transactionnel du stress

 

aab

 

 

Ce modèle recherche dans quelle mesure ces médiateurs peuvent être efficaces pour faire face aux pathologies chroniques.

Ces médiateurs (ressources psychologiques) médiatisent vraiment l'impact de l'événement sur l'impact psychopathologique.

On ne peut pas travailler sur uen maladie létale en elle même, et quand bien même si on peut c'est le travail des médecins. En clinique psychologique pour favoriser la santé psychique il convient de travailler sur les médiateurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche