Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:45


          imporvisation-marketing.jpg

                                                             "Qui prend le risque?"


METHODE:
- Savoir faire: Calcul de moyenne avec pondération (cf: cours de statistiques)

Expérience de Wallach & Kogan:
Ils travaillaient sur les positions individuelles par rapport à la prise de risque. Pour cela ils soumettaient des petits scénarii racontant l'histoire d'un individu fictif confronté à un dilemme à peu près comme ceux de la feuille ICI
Une option attirante mais risquée
Une option moins attirante mais plus sûre

Les sujets devaient conseiller cet individu en groupe, puis individuellement.
Cette expérience auraient été suivi de plus de 300 expériences analogues et permet de conclure qu'il y a un glissement vers le risque après discussion (prise de risque issue de la discussion).
Quelles conditions nécessaires?
Wallach & Kogan

3 conditions
Condition 1: Discussion + consensus
Condition 2: Discussion sans consensus
Condition 3: Consensus mais sans discussion.

"Si il y a augmentation de la prise de risque dans conditions 1 et 2 ce sera par  la discussion; si l'augmentation apparaît en 1 et 3 ce sera le consensus, et si l'augmentation se fait uniquement en 1 il faut les deux. Effectivement comme l'avait pensé Lewin c'est 1 et 3 qui marchent (même si Lewin n'a rien à voir ici mais cf: travaux sur la participation)."

=>Donc c'est bien la discussion qui induirait un changement d'attitude.

Ensuite Ellis & Spence & Olfield
Ils ont fait d'autres groupes avec des individus ayant des positions similaires ou proches et un groupe avec des individus ayant des positions très différentes.
=>Les positions initiales doivent être divergentes: l'augmentation de la prise de risque n'apparait que quand les sujets divergent.
=>Il faut qu'il y ait discussion effective (rappel)
=>Le matériel doit avoir une certaine orientation: certains scénarii étaient plus propices à la prise de risque: les situations dans lequel l'enjeu est faible entraine l'augmentation! Le match de foot ou les échecs on s'en fiche plus ou moins mais la mort si on tente de s'échapper du camp ou le l'opération risquée ça non.

Explications:(non satisfaisantes)
Wallach & Kogan:
Il y a dilution de la responsabilité en groupe (il est plus facile de vivre un échec en groupe que tout seul)= co-responsabilité (« c'est pas moi, c'est nous »). Mais si c'était le cas ça marcherait aussi dans le consensus sans discussion. Or ça ne marche pas quand il n'y a pas de discussion.

Brown (1965):
La valorisation du risque est normative: Dans nos sociétés occidentales il y a une valorisation du risque qu'on retrouve dans différents comportements mais cette valorisation on l'aime car ça entraînera une maitrise de la situation. Cela a 2 implications:
- Plus d'arguments en faveur du risque que de la prudence:
les sujets prudents dans les discussions de groupe sont « informés » qu'ils ne sont pas assez « audacieux » (déviant par rapport à la norme).
=> Donc selon Brown les plus prudents devraient montrer l'augmentation de prise de risque la plus importante. Bons nombres de résultats montrent pourtant l'inverse (corrélation r=.89, extremement fort sur le plan statistique). Cette corrélation montre que plus les réactions de départ sont risquées, plus le glissement vers le risque est important.

Pruitt (1972):
 L'individu est attiré par le risque, mais elle va être modérée par des normes sociales. Quand on est en groupe le fait d'entendre des décisions plus risquées que les nôtres va nous libérer de cette contrainte, de ce cadrage du risque.
Moscovici & Zavalloni (1969): « l'augmentation de prise de risque serait un phénomène particulier de la polarisation collective (on a tendance a extrémiser nos positions quand on se retrouve en groupe: « j'étais contre, je suis encore plus contre ».

Illustration:
  Etudes sur des étudiants français (items de Likert de -3 à 3) en 1969:
  Que pensez-vous de De Gaulle VS Américains?
3 = Extrèmement défavorable
3= Extrèmement favorable

dego.jpg

« Une polarisation vers le risque »:
Si j'avais déjà une position risquée après discussion elle le sera encore plus et si j'avais une position prudente elle serait encore plus prudente.
=> Critique: Ca marche pour le risque mais pas pour la prudence!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche