Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 14:41

INTRODUCTION

Définition de personnalité: «(...) organisation dynamique au sein de l'individu de systèmes psychophysiques qui déterminent ses comportements caractéristiques et ses pensées » (Allport).
Dynamique car la personnalité ne demande qu'une chose c'est de changer et on changera que si on vie des situations favorisant le » changement.
Derrière la stabilité il y a des facteurs psys, biologiques, il suffit que l'un des facteurs bouge..

Exemple: Quelqu'un de très consciencieux voir obsessionnel prend sa voiture et à la suite d'un accident il aura un trauma crânien qui a des conséquences au niveau cognitif ( la personne sera beaucoup plus impulsif plus de mal à réguler les comportements) donc après cela il aura pu voir sa personnalité évolué. Il serait resté le même sans l'accident. Donc les dés ne sont pas jetés à la naissance ni à la fin de l'adolescence. On peut toujours changer tout au long de la vie.

 

Actuellement , consensus pour définir la personnalité selon 6 points:

- Elle est une organisation et non une juxtaposition de pièces

- Processus dynamique à l'intérieur de l'individu

- Concept psychologique dont les bases sont physiologiques

- Force interne déterminant comment les individus vont se comporter

- Constituée de patterns de réponses récurrents

- Elle se reflète dans les comportements, les pensées et les sentiments

La personnalité attention aux "faux amis"
La personnalité à une définition mais a des déclinaisons. En psychologie on emploie le terme de personnalité qui renvoie à de multiples définitions.
- Personnalité dans le langage sémiologique (DSM) : Conception catégorielle (décision diagnostique: « il présente tel tableau clinique? »Oui ou non: par exemple « Absence de trouble de la personnalité ».
- Nous verrons la personnalité dans le langage « psychologique »


Elle renvoie à une conception dimensionnelle: à la personnalité que nous avons tous et ici la personnalité va être définie comme l'expression du développement des différentes dimensions de personnalité (ou traits de personnalité) du sujet. On est « plus ou moins telle ou telle personnalité ».

Exemple de l'état anxieux. On va postuler que l'état clinique reflète un exacerbation d'un trait normal.
Ici la « pathologie » est potentiellement au fond de nous. On a tous des profils de personnalité. Et cette personnalité va être un « facteur » de risque dans la manière de réagir. Certains troubles sont associés à certains types de personnalité.

La personnalité se caractérise alors par le niveau respectif d'un ensemble de traits prédisposant le sujet à réagir d'une manière particulière dans différentes situations

Il est possible de faire des profils de personnalité à l'aide de tes psychométriques.

006-copie-1.jpg

 

I. Pourquoi des modèles de personnalité?

Approche dynamique: développement chez un individu d'un nombre de traits.

La singularité de la personnalité est le développement particulier de chacun de ces traits.

Les chercheurs ne vont pas avoir les mêmes critères selon la démarche employée. Ce qui explique cette multiplicité des modèles.

 

trouillet001.jpg

 

Cela sera fournit par:

 

Sélection statistique des dimensions de personnalité: on distribue en masse les questionnaires de Catttel pour étudier la personnalité. Donc une démarche de laboratoire où on soumet les sujet à des questionnaires.

 

Exemple: Les temps de réaction plus rapides pour des stimuli congruents que pour des stimuli non congruents. On mesure le temps de réaction (court si information congruente).

 

Une personnalité évitante répondra plus vite aux stimuli anxiogène.

On utilise des données verbales pour les stimuli et on mesure des réponses motrices.

 

II. Modélisation des dimensions de la personnalité

II.1> Modélisation psychométrique

A partir de ces 2 sources d'infos on va faire des analyses factorielles (psychométrie).

Avec 20 phrases d'un questionnaire (20 items) est ce que nous pouvons regrouper les scores où est ce que les items sont indépendants? Et si on  les regroupe en combien de groupe? C'est là que l'analyse factorielle rentre en jeu.

Les auteurs ont constitués leur modèle sur cette base statistique.

 

1)Combien de facteurs sont nécessaires pour regrouper tout ça? Cattel a observé statistiquement le nombre de 16 facteurs qui correspondait à 16 traits de personnalité.

On va essayer de voir en quoi cette quantité de données peut se résumer à ces facteurs (traits de personnalité) =>Donc il en faut 16.

 

aajfjf.jpg

 

2) La sélection des dimensions de personnalité précède les traitements. Les recherches on fait des hypothèses sur le nombre de traits qu'on va rechercher.

En gros c'est la démarche inverse de précédemment:

 

aajfj2.jpg

A partir des résultats de psychophysiologie Eyzenck a postulé que les traits de personnalité qui devaient être présents chez tout le monde devaient s'observer par un set de comportement particulier.

On vérifie les liens entre dimension et comportement avec les analyses statistique.

 

Et donc  Eyzenck  prend en compte 3 facteurs.

En pratique il va falloir choisir un modèle selon la démarche diagnostique les possibilités des personnes, la population clinique.

 

II.2>Modèle biopsychologique (Cloninger)

II.2.1> Personnalité et psychopathologie clinique

Un modèle de personnalité correspondant à la seconde approche (il avait posé des hypothèse sur le nombre de traits de personnalités ).

Repose sur des données physiologiques, cognitives et sociales. Il y a des traits de personnalité renvoyant à des processus cognitifs automatiques (niveaux simples), Les facteurs sociaux (dans son développement l'enfant va prendre de la personnalité selon ses impressions son développement de maturité en rapport avec l'environnement social cela va donc permettre le développement d'autres traits).

 

II.2.2> Dimensions du modèle biopsychologique: tempérament et caractère

Formation particulièrement utilisée en psychopathologie pour distinguer:

 

- D'une part les traits de personnalité influençant la forme du trouble psychopathologique. D'autre part des facteurs de personnalité qui vont influencer l'expression du trouble.

 

- Recourt aux notions de tempérament et de caractère: Cloninger reprend des notions assez anciennes dans le champ de la personnalité il va parler de tempérament (regroupement des traits de personnalité influençant la forme du trouble) et le caractère (traits de personnalité influençant l'expression du trouble).

 

caractere-temperament.jpg

 

 

Cloninger postule que le psychisme à des bases physiologiques (épigénèse, donc pas stables), les traits de personnalité auraient des bases génétiques plus importantes que les autres. Cela renverait au tempérament du sujet.

Pour le tempérament il y a 4 traits de personnalité plus ou moins marqués:

 

- Recherche de la nouveauté (NS): Comportement d'approche active face à la nouveauté

- Dépendance de récompense (RD): Activation de comportements face à des comportements familiers dont on a eu un renforcement positif

- Evitement du danger (HA): Inhibition des comportements

- Persistance (P): Poursuivre une action sans prendre en compte les conséquences de ce comportement

 

 

Mais donc également il y a le caractère, un ensemble de traits qui se développe au cours de la vie en lien avec l'apprentissage (sommes nous stable? Sommes nous spirituels?).

Tout cela s'acquiert au cours de l'expérience puis devient un ensemble de références identittaires stable.

On va dénombrer trois traits de personnalité:

 

- Autodétermination (SD): Capacité à s'identifier comme un individu autonome

- Coopération (C): Capacité à s'identifier comme un individu appartenant à un groupe social

- Transcendance (ST): Capacité à s'identifier comme un élément d'une unité transcendante (exemple: univers).

 

II.2.3> Dynamique du modèle de Cloninger

 

Un modèle dynamique où les traits de personnalité s'influencent mutuellement.

 

dynamiccloninger.jpg

 

Ce modèle est mesurable par le TCI (236 items)

Il peut aider en complémentarité du DSM pour poser un diagnostic.

 

Exemples:

 

- Les faibles niveaux de SD et C prédisposent à l'expression d'un trouble de la personnalité.

- Un haut niveau de HA est un facteur de risque pour l'anxiété et l'évitement mais cela ne fige dans une perspective psychopathologique.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche