Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 18:29

anzi.jpg

 

I. Validité

L'échelle de validité est respecté on peut donc interpréter le profil clinique du sujet.

On peut considérer que le profil obtenu par les échelles cliniques traduit bien des variations des dimensions psychopathologiques.

IL n'y a pas d'effet significatif de falsification.

3 composantes sont mis en exergue: Hs, D et Hy. 

 

Mais malgré tout on peut quand même supposer que le sujet à tendance à se montrer sous un jour négatif (cf: échelle F et K), tendance à la falsification défavorable mais n'invalide pas le profil pour autant.

 

Pourquoi ne prend-on pas en compte cette tendance à la falsification?

perl.jpg

 

Si on pouvait mesurer tous les facteurs explicatifs on pourrait expliquer 100% de la variance expliquée.

Mais comme ce n'est jamais le cas, cela signifie qu'à un item (ex: dépression) sera associé la dimensions psychopathologique et la falsification.

Les deux facteurs ensemble expliquent le taux de variance.

Donc la falsification va jouer un rôle mais pour autant cette tendance n'est pas assez importante pour invalider le profil (on répond à l'item plus en fonction de la psychopathologie que de la falsification)

Un profil avec 0% de falsification n'existe pas , mais il convient que cette attitude n'invalide pas la validité du profil.

 

II. Echelles clinique 

Regardons ce qui présent mais aussi ce qui est absent

L'allure globale de l'échelle clinique évoque un profil névrotique (allure descendante).

all.jpg

On pourrait inférer à partir de cela:

Baisse de moral (sentiment d'inutilité, pessimisme), troubles des relations sociales, puérilisme (personnalité immature), problème au niveau de la pénétration psychologique (de l'intrapsychique), conversions psychosomatiques. Hypochondrie (préoccupations et craintes liés au corps à sa perception)

 

L'échelle psychasthénie n'atteint pas le seuil significatif mais cette augmentation traduit une élévation de l'anxiété, un facteur aggravant de la névrose. Les conséquences seront vraiment plus délétères quand ce champ est élevé, Indice d'anxiété, syndrome anxio-dépressif, attitudes compulsives (actes s'imposant à nous), la personne pourrait se sentir obligé de faire certains actes pour lutter contre l'angoisse.

 

Diagnostic:

- Névrose

- Anxiété

- Dépression

 

Syndrome anxio-dépressif grave ("grave" selon Pt), ce patient il va falloir le surveiller car en plus de sa douleur morale, il y aune dimension anxieuse qui fait qu'il peut passer à l'acte (au contraire d'une dimension apathique)..

Ce n'est pas un profil hystérique, un profil hystérique  aurait eu le « v » psychosomatique, ici la dimension dépression prend le pas et le reste peut traduire un mode de fonctionnement hystérique mais ce n'est pas le profil type d'un profil hystérique.

Profil névrotique traduisant un syndrome anxio-dépressif grave.

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche