Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 13:13

 

 

mmpi-2.bichrogri

 

Le MMPI est un questionnaire d'évaluation de la personnalité (outil psychométrique).Il va permettre la mesure de dimensions de personnalité (dimension hystérique, dépressive, psychasthénique).

Le MMPI a une visée diagnostique (il y a t-il une personnalité pathologique? Trop impulsif? Trop anxieux?).

Il y a t il un trouble de la personnalité nécessitant un traitement?

 

Dans le livret il y a plusieurs phrases qui contiennent les items. Chaque item décrit des cognitions et comportement en lien avec une pathologie.

exemples:

 

- je taquine parfois des animaux

- mon âme quitte quelquefois mon corps,

- je manque toujours de confiance en moi

 

C'est une auto-évaluation dans le sens où le patient lit les items.. Puis il répond sur une feuille réponse qui a plusieurs lignes et chaque ligne correspond à un item. En face de la ligne il y a « Vrai » ou « Faux ». Il fait donc un lien entre le questionnaire et la feuille de réponse.

 

Mais cet outil pose des problèmes dans certaine pathologies psys (comme la schizophrénie où il y a un problème de méta cognition, perception de soi, et anosognosie) ainsi que les démences (anosognosie).

 

 

Exemple:

 

1/Je dors mal Oui Non

2/Je suis pessimiste Oui Non

3/Personne ne peut m'aider Oui Non

 

L'éventail des scores va ici de 0 à 3

 

 

A partir de quel score allons-nous considérer que le patient a une dépression pathologique?

La réponse à cette question se trouve dans le manuel de l'outil (ou article de validation de l'outil) dans les termes « Sensibilité et spécificité ».

Pour quel score il y a-t-il absence de pathologie?

 

Pour fabriquer l'outil on prend un groupe expérimental qui répond au critère de dépression (par exemple selon le DSM IV) et un groupe contrôle qui sera "Monsieur et Madame tout le monde".

 

Prenons un exemple ficitif:

 

Le score est pathologique si = 3/3

Le score n'est pas pathologique si < 3/3

 

3/3 est un bon score: l'outil est sensible car les personnes qui ont 3/3 sont les mêmes qui sont considérées comme pathologiques selon le DSM.

Parmi ceux qui ont 3/3 il n'y en a aucun qui ont été classés par le DSM comme faisant partie du groupe contrôle.

 

Le score permet de discriminer ceux qui ont des pathologies de ceux qui n'en ont pas.

 

 

 

 

tab

 

En tant que clinicien on cherche l'outil qui va nous faire prendre le moins de risque.

Celui qui sera sensible pour nous donner des vrais positifs ainsi que le plus spécifique qui ne nous donnera pas de faux négatif (mais des vrais négatifs donc).

 

Une problématique donc qui va nous amener parfois à  réduire la sensibilité (qui peut détecter que n'importe quoi ressemblant à la pathologie) mais il ne faut pas trop la baisser non plus car on va vite finir par ne plus rien détecter (faux négatifs).

 

Quand on construit un outil comme le MMPI, on va chercher à détecter quel est le score qui permet à la fois d'avoir un minimum de faux positifs et un minimum de faux négatifs et on ajuste au mieux ce score.

Et comme cet outil ne sera jamais totalement sensible et spécifique il y aura toujours des faux positifs et faux négatifs. Mais cherchons l'outil qui minimise ces dommages collatéraux.

 

En tant que clinicien on prend un risque mais il faut que ce soit un risque acceptable.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche