Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 23:13
RAPPEL: Source de ces notes : Livre "les névroses" (Pedinielli, collection 128)



  





A>INTRO

Employer le terme "névrose" renvoie à une ambiguïté relative à ce qu'elle peut désigner:

- un trouble psychique où les symptômes décompensés deviennent gênants pour ne pas dire insupportables pour le sujet.
- une organisation de personnalité qui définirait à priori l'organisation structurale de la "normalité" : ("nous sommes tous des névrosés compensés au moins partiellement").

Rien ne m'empêche de reprendre la définition du cours puisque c'est celle de Laplanche & Pontalis :

 "Affection psychogène ou les symptômes sont l'expression symbolique d'un conflit psychique trouvant ses racines dans l'histoire infantile du sujet et constituant des compromis entre le désir et la défense " (Laplanche et Pontalis, 1967).

B>Distinction névrose/psychose (page 6)

- Dans la névrose le sujet reste adapté à la réalité objective (et conventionnelle par ailleurs)/ contrairement à la psychose où elle est fortement altérée (sur la perception, l'interprétation...)
- Le sujet dans la névrose est conscient de ses troubles et en reconnaît le caractère pathologique, et la plupart du temps (voire surement tout le temps) s'en plaint, souhaite s'en débarrasser et demande de l'aide (troubles egodystoniques) / pour le sujet psychotique, les "troubles " comme nous les appelons,  il ne va pas s'en plaindre où en reconnaitre un quelconque caractère pathologique puisqu'ils expriment son rapport au monde (troubles egosyntoniques).


I.Spécificités symptomatologiques et psychopathologiques

I.1>Sémiologie
I.1.1>L'Angoisse
I.1.1.1>
l'Angoisse et ses formes (page 12)

Bien qu'il y  ait eu des permutations et des désaccords historiques entre l'emploi d'anxiété/angoisse/peur.
Il reste nécessaire de les distinguer:

- la peur, qui est centré sur un objet
- l'anxiété, qui désigne les manifestations extérieures et visibles.
- L'Angoisse elle, est une "peur sans objet", elle peut se définir comme un sentiment pénible d'attente et/ou crainte d'un danger imprécis.

Peur et Angoisse:
-  la peur parait compréhensible et rationnalisable : "j'ai peur de ça parce que..."
-  ce n'est pas le cas de l'Angoisse qui elle paraît "illogique" et "volatile". La première fois qu'on ressent l'Angoisse on peut aller se plaindre au médecin par exemple. Celui-ci va nous demander : "Mais qu'avez-vous donc?" on va lui répondre: "J'ai peur".
"Mais de quoi donc?" va-t-il sûrement demander et nous sûrement lui répondre "je ne sais pas".
On verra que selon les différentes formes de névroses l'Angoisse elle peut-être "flottante", s'exprimer dans le corps, dans la pensée ou être projeté sur un item extérieur.

- C'est de manière quantitative au moins autant que qualitative qu'on reconnait le caractère pathologique de l'Angoisse
- l'Angoisse est une constante dans toutes les névroses
- pour tout un chacun l'Angoisse est infiniment subjective (peur de mourir, peur de devenir fou, de tomber malade..)
- Elle peut induire des manifestations comportementales spécifiques: conduites d'évitements, toxicomanie, conduites à risque, comportements plus ou moins agressifs (en tout cas rarement facile à vivre), voire conduites suicidaires...
- Elle peut induire  des manifestations somatiques spécifiques : atteignant toutefois son paroxysme dans la névrose hystérique (nausées, palpitations et tachychardie, tremblements, sueurs, asthénies, paralysies, problèmes génitaux et libidinaux fréquents....)
- Elle peut induire voire parfois modifier un trait de personnalité: personnalité dite "évitante"  (plutôt dans la phobie), quête affective et relationnelle (plutôt dans l'hystérie), désinvestissement des sentiments dans l'obsession (on parle parfois de la "froideur" de l'obsessionnel).

I.1.1.2>Angoisse "pathologique"? (page 14)

De nombreux critères peuvent être pris en compte pour mesurer l'Angoisse pathologique (intensité, durée, fréquence).
Mais le meilleur critère reste la tolérance du sujet: l'Angoisse deviendra pathologique lorsqu'elle fait souffrir significativement le sujet et qu'elle lui donne un lourd handicap sur sa vie.

Rappel: l'Angoisse névrotique Angoisse psychotique (castration vs morcellement).

L'Angoisse peut être vécue de façon épisodique/aigüe (les fameuses crises d'angoisses) ou être une constante dans la vie du névrosé.

I.1.2>Les manifestations somatiques: (page 16)

Je ne peux pas recopier tout le livre mais on rappellera que les troubles somatiques sont en général plutôt caractéristiques de la névrose hystérique.

Rappel 1ere année:
Sachant que la pulsion  trouve sa destinée dans le complexe représentation/affect.
Lors du refoulement oedipien (puisque quand on évoque la névrose on parle d'une problématique Oedipienne refoulée par la menace de castration), on va donc refouler la représentation mais conserver l'affect.
Quand le refoulement a été "correctement effectué", notre affect originel revient dans notre vie psychopathologique quotidienne de manière INCONSCIENTE, c'est ce que l'on appelle le "retour du refoulé": actes manqués, lapsus, rêves...ce sont les traces archaïques d'un affect passé. Seulement  quand le refoulement n'a pas "correctement été effectué" il peut s'exprimer de manière pathogène.

Si il se transforme en énergie corporelle (somatisation) comme anesthésie du bras gauche, tremblements, problèmes d'érections, insomnies, fatigues et neurasthénie etc... ce processus est appelé CONVERSION et est bien caractéristique de de  l'HYSTERIE (ou névrose hystérique)

Donc, si le refoulement a été problématique et/ou non résolu et que l'affect est converti dans le corps:  c'est l'Hystérie de conversion!

I.1.3>Les manifestations dans la pensée. (page 19)

(Toujours la même histoire de refoulement etc. )mais:

Si il y a DEPLACEMENT de l'affect sur une autre représentation  c'est L'OBSESSION (ou névrose obsessionnelle).


I.1.4>Les manifestations comportementales (page 22)

(Toujours la même histoire de refoulement etc.) mais:

Si il y a TRANSFORMATION de l'affect en angoisse sur un objet par association c'est LA PHOBIE (ou névrose phobique).


II.Psychopathologie des névroses (page 24)

II.1>Historique:

C'est à la psychanalyse qu'on doit les travaux sur les névroses ainsi que le droit à la revendication à la souffrance du névrosé (en fait principalement névrosée à cette époque là, puisqu'ils s'agissait souvent de jeunes femmes hystériques considérées, pas toujours, mais bien souvent comme des simulatrices, des "actrices"...).
La psychiatrie de cette époque ne s'intéressant surtout qu'aux troubles mentaux c'est à des gens comme Brueur, Charcot, Janet puis bien sûr notre "papa Freud" qu'on doit de s'être préoccupé des névroses.

A titre d'illustration il existe d'autres modèles des névroses que celui de la psychanalyse (cognitivistes, culturalistes...).

II.2>Les conceptions Freudiennes des névroses

- la névrose trouve son origine dans l'histoire infantile
- les symptômes expriment un retour du refoulé et un compromis entre le désir et la défense (donc une expression inconsciente)
- les symptômes sont une défense contre l'Angoisse.
- C'est le sujet qui produit sa névrose

II.2.1>L'origine Oedipienne (page 25)

la suite dans le bouquin...... (j'espère que cette introduction donnera envie de le lire).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

soigner 04/08/2010 15:33



Mais aucunes de ces méthodes ne résoudre réellement le problème de l’éjaculation précoce. Le seul moyen,mais réellement efficace,est de reprendre l’apprentissage du contrôle de son excitation et
de son réflexe éjaculatoire. Et c’est d’autant moins difficile qu’on s’y prend plus tôt.  Certains y parviennent seuls,d’autres en couple,d’autres encore grâce à l’intervention d’un
spécialiste de la sexualité. De nombreuses méthodes sont proposées dans des ouvrages grand public ou sur Internet.

Elles se réfèrent au même principe de base,qui est aussi celui des thérapies comportementales proposées par les sexologues.Il s’agit d’un apprentissages corporels spécifiques, liés aux réactions
physiologiques déjà mentionnées, que les hommes parviennent à vaincre l’éjaculation
précoce



JN 04/08/2010 19:56



Ha c'est malin ça!



Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche