Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:47

 "Comment essayer de comprendre les mécanismes impliqués dans la perception et RDV?"


Rappel: Reconnaissance vs identification:
- Reconnaissance: une des premières étapes mnésiques c'est à dire : je reconnaît ou pas (reconnaissance perceptive):" j'ai déjà vu ce visage ou je l'ai jamais vu, ou je l'ai vu qu'une fois" (sentiment de déjà vu, de familiarité..)
- Identification: "j'ai déjà vu ce visage et je connais cette personne."
Donc Les erreurs de reconnaissance et identification des visages et leur implication
Chaque jour on voit des visages.. peut-on faire des erreurs de reconnaissance et si oui de quel type?


I.Les erreurs de reconnaissance et identification des visages rapportées par les sujets dans le cadre de leur vie quotidienne. (Young & Ellis 1985)
On de demande au sujet de noter les visages qu'il reconnaît ou pas (une sorte de journal ); après qu'on lui ai fait un "apprentissage" (ce qu'il devait noter, comment etc..)..

les problèmes de reconnaissance étudiés:
- l'origine ou la source de l'incident (les détails visuels disponibles)
- les détails généraux (conditions, état du participant, durée de l'incident etc.)
- les personnes impliquées
- la façon dont l'incident s'est terminé

Résultats:

 on a relevé a peu près 1000 incidents avec:
- erreurs de non-reconnaissance (114 incidents)
- erreurs de fausses reconnaissance (314 incidents)
- problème de familiarité (233 incidents)

Ces 3 types d'incidents impliquent la reconnaissance des visages.

Maintenant voyons ce qui concerne l'identification:
- Difficultés pour retrouver tous les détails concernant la personne (190 incidents)
- Problème de décision (cette personne je  crois la connaître mais j'en suis pas sur) (39 incidents)
- Attribution d'un nom incorrect (9 incidents)

A partir de là:

II>Les erreurs de reconnaissance et identification en situation de laboratoire: proposition d'un modèle: Hay & Young (1982), puis Young & Ellis (1985)
Ils ont proposé un modèle de fonctionnement cognitif de la reconnaissance d'une personne:
  

- une reconnaissance perceptive (visuelle)
- une classification sémantique (catégorisation biographique : "elle c'est un étudiante je la connais", + catégorisation contextuelle: "elle fait partie du groupe des cheerleaders")

Ca peut donner à peu près ça:

              

--->restitution du nom
--->une décision éventuelle (ex: "je vais lui parler car elle c'est une bone amie" ou "je vais l'ignorer car les pom-pom girls elles se la pètent").

III.Les erreurs de reconnaissance et identification des visages observées après une atteinte du cerveau. (d'après ces erreurs on va inférer le traitement normal)
((parenthèse: la Neuropsychologie prouve 95% des hypothèses de psychologie cognitive)
Les différentes atteintes neuropsychologiques semblent rendre compte des différents types d'erreurs
Young & al ont développé des tâches de « line up » sur des patients atteints de pathologies neurologiques:
==>des visages ou des noms étaient présentés à la suite (un à la fois)
==>On demandait aux sujets d'évaluer leur familiarité et de fournir des infos sur l'identité de la personne et..... donner les noms seulement.

III.1>Patient "PH
"
PH (un patient atteint de lésions occipito-temporales causées par une blessure à la tête, il avait une « prosopagnosie classique ») par de Haan, Young & Newcombe.
PH reconnaissait les personnes familière par leur noms.

III.2>Patient « ME »
- Il avait eu un AVC,
- le sens de la familiarité des visages  étaient préservée, mais l'accès aux informations sémantiqes était très affecté: il pouvait reconnaître son père sans savoir qui c'était (pb de catégorisation sémantique donc)
- Il n'accédait pas au nom à partir du visage, mais si on lui donnait la voix il reconnaissait le nom.

III.3>Patient « EST » (opération chirurgicale lui ayant retiré une tumeur du lobe temporal)
Ce patient reconnaissait les visages:
- Il était aussi capable de donner des informations pour 85% des personnes très familières
- Cependant il ne pouvait rappeler les noms de ces visages très familiers que dans 15% des cas. (problème de restitution des noms).

III.4>Patient "SP"
(sévères atteintes dans une tâche de reconnaissance de visage  donc prosopagnosique mais qui ne pensait pas avoir de problème de reconnaissance des visages; il n'était donc pas conscient de sa prosopagnosie--->anosognosie)
SP montrait une conscience conservée concernant les autres déficits cognitifs produits par sa maladie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche