Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 12:00


                                        srd.jpg



HISTORIQUE


Antiquité:
- Rejet, abandon du nouveau-né.

IIème siècle:
- Archigène (physicien et savant grec).Technique: souffler dans l'oreille du patient à l'aide d'une trompette
- Sourds = « fous », non-éducables.

Moyen-âge (VIème siecle):
- Oeuvres religieuse accueillent des enfants sourds : hébergement et assistance.

VIème et VIIèmesiècles:
- Début de prise en charge éducative.

MODE DE DEBUT ET EVOLUTION
Congénitales/installation dès les premières années de la vie
Surdités génétiques plus tardives, progressives
Presbyacousie précoce.

3 TYPES DE SURDITES

Rappel-Spécificité du son: nature diffuse de la propagation, on est exposé de manière continue au son (on peut pas fermer ses oreilles).
Surdités liés à l'oreille externe (le conduit auditif peut se boucher par de la cire humaine parfois il suffit de déboucher par intervention aspiration du bouchon)
Liées au vieillissement (oreille moyenne qui conduit la vibration sonore au travers une chaine de petits osselets et cette oreille moyenne vieillit très mal). Cela peut se traduire par le fait que les gens tendent l'oreille. Cela peut être plus ou moins bien traité avec les appareils qui amplifient le son.
Liées à la cochlée (oreille interne) : des surdités profondes.
Quand le son arrive à la cochlée avant d'arriver au cerveau il prend un chemin: le nerf auditif.

oreille.gif


Aire auditive et tonotopie:
Cortex auditif primaire et secondaire (la zone corticale dédiée traite les sons par bandes de fréquences, si un sujet a une tumeur sur cette zone il peut ne pas discriminer certaines fréquences):

fig2.jpg

L'activité linguistique  est basée sur le traitement des sons (voilà pourquoi on parle de  sourds muets).

LES SURDITES NEUROSENSORIELLES (DE PERCEPTION)

Phonétique acoustique:
- Echelle de fréquences correspondant aux sons de parole de 16 à 16000Hz.
- Plus la fréquence est élevée, plus la fréquence est aigüe.
- Il y a des surdités provoquées par lésions dus à certaines fréquences (cf discothèques).

Menace-de-surdite-chez-les-ado.jpgaudiogrammezones01.jpg

Traitement des sons:

capture1.jpg

Bruits vocaux VS non vocaux:
Il existe des régions sélectives à la voix dans le cortex auditif humain (Belin & al, 2000):

                       variacion-ritmo-cerebral1.png
                               gyrus temporal supérieur (BA22 ou aire auditive associative).


SURDITE ET COMMUNICATION

« Il faut être au moins 2 pour qu'on puisse commencer à parler de surdité. La surdité est un rapport. C'est une expérience nécessairement partagée » Mottez, 2006.
La surdité est un handicap de communication et donc affecte le partenaire. Quand on est avec les autres c'est là que les problèmes (conséquences de cette déficience) vont apparaître.
Cette affectation de la communication va affecter le développement psychologique du sujet. »




Communiquer, produire des signes:
 capt2.jpg

NIVEAUX DE COMMUNICATION
1.Niveau référentiel, De la production d'indices à la production de symboles:


    inflammable.jpg                             logo-samu15.gif                                           858933.jpg

On est tout autant capable d'interpréter un symbole déssiné qu'un son du langage parlé.

Ces codes,signes,symboles sont indépendants des contraintes liées aux modalités sensorielles (braille: modalité tactile; langage gestuel: modalité visuelle; activité linguistique: modalité  auditive).
Il n'y a pas à hiérarchiser la nature du message envoyé au partenaire Pourquoi une modalité auditive serait-elle "supérieure" à une modalité tactile?

2. Communiquer c'est coder/décoder malgré les distorsions du message:
capt3.jpg


Modèles de codes:
- LE PECS: ensemble d'indices visuels pour communiquer avec son partenaire

       p-1-pecs-colour.jpg

- Le langage des signes
C'est une langue à part entière mais c'est une langue visuelle. Elle peut servir aux personnes qui vieillissent, aux plongeurs sous marins....Elle est constitué de 5 paramètres:
* positions des doigts
* position de la main
* mouvements
* emplacements
* expressions du visage.

Elle comporte une syntaxe (le lieu, les personnages, l'action... ont une grammaire).
Chaque pays à son adaptation : LSF (« Langue des signes Française »), BBSL, (« British sign langage ») et ASF (« American Sign Langage »).

- Alphabet de la LSF
  med028_hd.png



- Le LO (langage oral):
LE LO est un traitement séquentiel, le langage des signes est visuel et donc traitement simultané, les coordinations entre les autres sens, on peut introduire complexification psychologique par transfert intermodal.
Il faut réfléchir avant de préconiser une indication en terme d'intermodalité pour l'information traitée. Et dans les 2 cas, un transfert intermodal est nécessaire c'est dans ce sens qu'il y a  une « psychologie de la surdité ».

UN exemplede vicariance: la phonologie

Chez le bébé sourd de parent « signeurs » on peut voir  en production, entre 6 et 14 mois, des gestes sans significations linguistique: l'équivalent d'un babillage manuel (vicariance).
Sur le plan de la structure, la babillage manuel ressemble au babillage vocal rythme, organisation syllabique et partage des traits phonologiques.


- Aspects du développement:
Les données des recherches inter-langues sur les langues des signes suggèrent des patrons de développement similaires (ASl, BSL, LSF..).
De même le développement (hormis quelques différences en grammaire) se fait en gros de la même façon que dans les langues orales.

3.Modèle inférentiels
- Relève d'une intention communicative
- Ce type de communication met donc en jeu la manifestation et la reconnaissance d'intentions
- Le communicateur informe en fournissant au destinataire des indices directs et ostentifs de son intention d'informer.
- Exige la capacité d'attribuer à l'autre un état mental: croyance, désir ou intention.

COMMUNIQUER SANS LE LANGAGE ORAL
Si le langage est l'outil le plus puissant pour faire des inférences sur les intentions communicatives de l'autre (TOM, aspects pragmatiques, méta-communication,...), il n'en reste pas moins que cette compétence ne nécessite pas obligatoirement de parler.

- Développement métacognitif
Les enfants signeurs actifs développement un TOM, aussi précocement que les enfants malentendants. Les enfants sourds signeurs tardifs présentent un retard: hypothèse d'une moindre expérience socio-conversationnelle et d'une situation précoce des capacités d'imagination dans un cadre interactif.

- Les apprentissages
Constat lancinant d'un niveau de lecture très bas. Manque de flexibilité dans les aptitudes de résolution de problèmes. Pose la question de comment l'enfant sourd apprend et comment/ quand il applique ce qu'il sit à ce qu'il doit apprendre.

- Comment peut-on lire quand on ne parle pas?
Entendre avec.... un implant cochléaire ou restauration d'une modalité sensorielle.
Implants cochléaires et plasticité corticale: Influence de l'âge et surdités pré-linguales.

appareillage-21.jpg

L'enfant atteint d'une surdité congénitale implanté avec l'âge de 2 ans peut acquérir le langage parlé à un rythme normal ou quasi normal.
Les adultes sourds pré-lingaux ne peuvent faire correspondre les informations acoustiques très rudimentaires fournies par l'implant avec les représentations sémantiques complexes pendant la période de surdité (en absence de la modalité sensorielle auditive).

Bilan neuropsychologique et psychologique fondamental: on peut rendre un sujet complètement fou en lui rendant l'audition!

CONCLUSION

La surdité et la réhabilitation auditive par implant cochléaire provoquent des remaniements corticaux reflétant la compétition entre les modalités sensorielles pour l'occupation de l'espace cortical.

D'un point de vue fonctionnel, l'implantation induit l'apprentissage de nouvelles relations entre sons et sources sonores visuelles et restaure ainsi la coopération entre les modalités auditive et visuelle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche