Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 12:19

Va s'inaugurer la place que prend l'Autre dans le circuit de l'échange. La place qu'il prend sera déterminante pour le sujet mais aussi soumis à un ordre culturel et dans les tous premiers échanges la détresse de l'enfant va être interprétée avec un sens.

I. Les trois temps

rek.jpg

 

I.1> Temps du besoin et le réel

Le ou les besoins auxquels l'enfant est confronté vont se manifester par des décharges motrices, des cris et ces manifestations sont asignifiantes donc c'est un état de détresse général qui témoigne d'un réel déséquilibre.

Pour évoquer ce moment, Lacan emploie le terme de réel, on est dans le registre animal/biologique/somatique. Univers n'étant pas régit par des intentions, par la pensée. C'est une détresse absolue de l'ordre du somatique. Il est question de la survie du petit d'homme. Pour évoquer cette période Lacan dans les complexes familiaux évoque la question de la triade du malaise dans le passage intra-utérin çà l'extérieur. L'enfant sera confronté à 3 éléments:

- Asphyxie de la naissance

- Malaise labyrinthique (problème du tonus musculaire)

- Le froid de la nudité

La triade du malaise donc du nouveau né dans lesquels où il se trouve submergé sans qu'il puisse les symboliser. Il a comme seul moyen le cri comme décharge pulsionnelle.

Cet état de survie ne peut être contenue que par l'intermédiaire d'un tiers. La présence de l'Autre est déjà requise.

 

I.2> Le temps de la demande et l'imaginaire

Les cris vont être interprétés par un autre. Mais l'Autre va leur demander une réponse signifiante, accorder du sens aux cris, et l'enfant va se voir modifié dans ce rapport à l'Autre qui va l'apaiser, lui proposer des soins (tonico-émotionnels) et il sera accompagné par des mots qui a une fonction « contenante » ou « corporelle ».

Donc face à cette détresse tout à coup l'enfant va rencontrer une satisfaction et cette satisfaction va inaugurer un premier mode de relation avec l'Autre. Au point même que en l'absence de l'autre l'enfant va ressentir une frustration. L'autre va prendre une consistance et une demande peut lui être adressée en rapport avec l'insatisfaction. C'est le circuit de la demande.

Mais cette demande va être la porte ouverte à beaucoup de représentations. « Comment plaire à l'autre? Comment le garder? »

Des images de l'Autre vont se créer et dans chaque nouvelle rencontre, de nouvelles images. Si initialement j'ai rencontré le moment de réponse à ma détresse, les réponses maternelles ne sont jamais identiques. Je voudrais que ce moment initial indispensable, de survie se répète à l'identique. Mais l'échange n'est jamais identique.

 

Donc un ensemble de traces va se construire attestant de la réalité de la présence de l'objet et de la réalité de la consistance de la personnalité. Ces traces ou "représentations", Lacan les apellent des imagos.

 

Il y a une réalité imaginaire: qui est l'autre? Comment je peux le solliciter? Lui plaire? Que va t-il me faire?

 

I.3> Le temps du désir et la symbolique

La question du désir est le fait qu'il y a sans arrêt, un décalage, entre ce que je demande et ce que j'obtiens. Et ce décalage génère une réelle insatisfaction. C'est de cette expérience que va naître le désir (désir initial qu'on veut se voir répéter mais qui n'est jamais au rendez vous, on y rencontre toujours un manque ou « castration »).

Plus rien ne sera jamais pareil et on va avoir un ressenti de l'absence.

Et dans cette quête impossible, l'enfant rencontrera du symbolique. Il va falloir trouver une explication à ces allers retours de la mère qui ne répond pas seulement aux questions des attentes de l'enfant mais aussi régit par ce qui motive son désir de femme. Il y a des « règles » pouvant expliquer ces allers retours.

 

II. L'Autre

L'Autre c'est la loi, la culture ce qui va permettre de concevoir commet le sujet est intégré dans un environnement (scolaire, culturel, etc).

L'Autre donc ce n'est pas à proprement parler forcément les semblables, mais un ensemble de règles qui vont venir codifier les échanges, évoquer les différentes règles.

La place de l'Autre a une fonction symbolique.

Dans cet environnement l'autre maternel (la mère environnement) sera un agent, l'enfant par rapport à la mère environnement va être initié à ce circuit de l'échange et la pluralité des relations d'objet va refléter une activité fantasmatique, inconsciente, qui rattache le sujet au monde extérieur. Et cette activité fantasmatique évoluera tout au long de la sexualité.

Les premiers temps qui vont passer dans le circuit dépendent du cadre symbolique où vont s'instaurer les échanges. Le rapport à l'Autre permet à l'enfant de décrypter le réel, les attentes de l'autre. Il y a donc un cadre symbolique où tout un chacun va avoir un cadre symbolique et ce n'est pas seulement la famille (culture).

Pour être confronté à la culture il faut un agent, au départ c'est l'autre maternel.

Pour la construction de la personnalité , les différentes formes de représentations fantasmatiques que le sujet se forger a, ces représentations sont la résultantes du sujet à la mère environnement, et ce qu'elle lui a donné comme outil pour décrypter le réel.

Névrose, psychoses, ou perversions on a toujours été confronté aux trois registres du réel, imaginaire et symbolique.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche