Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 19:39

INTRODUCTION:
un rôle adaptatif: l'homme dépend des interactions sociales pour s'adapter au monde, et doit identifier les individus familiers, peu familiers, ou non familiers.
le meilleur vecteur de reconnaissance: Bien que nous identifions un individu en tant qu'entité selon divers paramètres (visage,voix, allure, habits, contextes, etc), la RDV est l'indice de reconnaissance qui nous permet d'identifier une personne sans ambiguïté.
C'est aussi une compétence qui va nous fournir de précieux renseignements relatifs aux émotions des individus et ce quelle que soit la culture.
Une habilité typiquement humaine (l'intelligence artificielle ne sait pas ou très peu distinguer les émotions), se faisant malgré une infinité de possibilités de configurations (barbe, grand nez, petit nez, lèvres pulpeuses ou fines, maquillage... et ce quel que soit le contexte.

I.Complexité et spécificité des mécanismes de  la RDV
«Searne» considérait qu'il n'y avait aucun intérêt  à étudier la RDV car celle-ci mettait en oeuvre des processus automatiques peu complexes (donc simples).

I.1>La dissociation RDV/RDO (reconnaissance des visages vs reconnaissance des objets).

Bruyer (1983) étudie le cas d'un patient prosopagnosique (prosopagnosie = non reconnaissance des visages). Ce dernier était un fermier qui malgré qui ne reconnaissait pas les visages, même les plus familiers (femme, enfants... il les reconnaissait à la voix), savait reconnaître toutes ses vaches!
===>Dissociation donc entre RDV/RDO (désolé d'apparenter ces pauvres vaches à des « objets »).

I.2>Mis en oeuvre de plusieurs mécanismes dans la RDV.
Toujours Bruyer: mais cette fois-ci il observe autre chose: un patient atteint de prosopagnosie est capable de faire de l'appariement de visage face/profil ou profil/face...
Malone & al eux trouvent des sujets non atteints de prosopagnosie mais incapables de faire de l'identification face/profil ou profil/face.

         

===>Reconnaissance et identification dépendant des paramètres de points de vue....

I.3>Le visage est un "objet" mais il nécéssite une discrimination élaborée.

Ellis & Young (1989) Le visage est un objet nécessitant en fait une discrimination très fine... on ne peut pas parler de prosopagnosie mais d'agnosie discriminatoire fine.
« Si on parle de prosopagnosie on évoquera alors un trouble de la discrimination fine. »

II.Localisation
II.1>les expériences de Derenzi
-Tâche discriminatoire de 2 tableaux de Monnet:
  
--->Le patient prosopagnosique discrimine certains détails des deux tableaux !!! (je n'ai pas trouvé les originaux donc ne pensez pas que vous avez des troubles de la discrimination si vous ne différenciez pas ces 2 tableaux...)
Derenzi en supposant que le RDV est un processus relatif à une tâche de discrimination fine fait l'expérience suivante (on verra ensuite pourquoi):

II.2> Gauthier & Tarr
II.2.1>expérience expert «voiture» vs expert «oiseaux»
Il prend un expert en voiture et un expert en oiseau:

Dans la condition «voiture» (où on présente de nombreuses voitures) : l'expert «voiture» a son gyrus fusiforme activé.
Dans la condition oiseaux (où on présente de nombreux oiseaux): l'expert «oiseau» a son gyrus fusiforme activé.

Conclusion préliminaire
: Il est probable que les visages ne soient pas traités d'une manière si différente des objets, tout dépend de l'expertise discriminatoire que l'on possède, car:
- le gyrus fusiforme peut aussi être activé par les objets sur lesquels on a développé une expertise
- le processus de traitement des configurations apparaît aussi avec des objets familiers.

II.2.2>Expérience des greebles
Ils ont démontré que le gyrus fusiforme n’était pas spécifique des visages, mais des reconnaissances expertes (dont les visages font parti)


               

                                    

                                                
On observe que les l'aire fusiforme (ou gyrus fusiforme) (qui est une aire impliquée dans la RDV) est activée pour le processus consistant à discriminer des «Greebles».
--->Après apprentissage l'aire des reconnaissance des visages des sujets est « devenue » une aire des Greebles!
Conclusion: Il est possible que les visages ne soient pas traités si différemment que les objets, tout dépendrait du niveau d'expertise avec les objets.

II.3>expérience de Sergent & coll (1992):
- Sur un écran on présente aux sujets des objets de la vie courante et ils doivent dire si ce sont des objets de la nature ou des objets industriels.
   


- On présente des visages célèbres (hommes politiques, acteurs...) ou inconnus. Et on enregistre les activations cérébrales à l'IRM.

  


Hypothèse: Si les mêmes zones du cerveau sont impliquées dans la RDV et RDO alors les mécanismes de la RDO sont assimilables aux mécanismes de RDV et si ce sont des zones différentes alors les mécanismes de RDV sont différents de ceux de RDO.
Résultats: Des zones communes et des zones différentes dans RDV/ RDO
Conclusion: Ceci tendrait à montrer que la prosopagnosie n'est pas réductible à un problème de discrimination fine car il faut distinguer au moins partiellement les mécanismes impliqués dans la RDV et la RDO. 

II.4>Tong & coll.
Tong & coll ont montré qu'il existe une aire plus activée dans le gyrus fusiforme pour la RDV que pour la RDO:
===>Il existe une aire dédiée à la RDV dans le gyrus fusiforme!

II.5>Haxhy (2001):

Il montre que le traitement des visages et celui des objets se font tout deux dans le gyrus fusiforme mais invoquent chacun des mécanismes différents; ainsi ils ont des signatures typiques à l'IRM.
--->Donc localisation des deux processus dans le gyrus fusiforme? OUI
--->Mêmes mécanismes impliquées? NON

        

                                     RDO                                                                                          RDV

===>2 signatures IRm différentes

II.6>Pour finir:
Villeumier & coll montrent que dans le gyrus fusiforme quand on présente un objet c'est l'aire parahippocampique qui est activée et que quand on montre un visage c'est l'aire fusiforme droite.
===>L'aire de traitement des visages se situe dans l'aire fusiforme droite du gyrus fusiforme (qui est localisé lui-même dans le lobe temporal).

III. Complexité et spécificités des mécanismes de la RDV
Bruce (1988) montre qu'on doit différencier les spécificités sociales des visages ( les émotions) des mécanismes cognitifs simples
exemple: les émotions des visages ( cf:Paul Ekman)

                             

Ce sur quoi Bruce insiste c'est qu'il y a deux problèmes dimensionnels à prendre en compte dans la prosopagnosie:
- la non reconnaissance des visages proprement dite
- La non-reconnaissance des émotions (même quand il y a RDV).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche