Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 17:48

I. Douleurs aigues et douleurs chroniques

On distinguera:
Les douleurs aigües qui sont due à une réaction traumatique et qui ont une fonction d'alarme et de protection
Les douleurs chroniques qui peuvent être due à un dysfonctionnement du SNC/SNP (encéphalopathies, neuropathies), une dégénérescence (SEP), ou psychosomatiques. Elles n'ont pas de valeur adaptative et doivent être traitées.

 

II. Composantes de la douleur

II.1> Les différentes composantes

Une composante sensorielle (caractéristiques qualitatives et quantitative du stimulus douloureux)
Une composante émotionnelle (pouvant être due à un « apprentissage émotionne » de la douleur et l'amygdale sera en jeu)
Une composante cognitive pour interpréter la situation (ça peut être une situation d'urgence, des facteurs environnementaux comme le social)
Une composante psychologique et comportementale (due à l'apprentissage de la douleur et ici c'est l'hippocampe qui peut être en jeu)

 

II.2> Une aire spécifique de traitement de la douleur?

Il n'existe pas d'aire spécifique dans le traitement de la douleur mais plusieurs mécanismes:

traitmentdouleurcortex.jpg

La composante sensorielle est traitée dans le cortex somesthésique
La composante émotionnelle dans le système limbique (cortex cingulaire, amygdale et hippocampe)
La composante cognitive dans le cortex préfrontal
Ces mécanismes psychologiques font que personne ne ressent la douleur de la même façon!

 

III. Voie nociceptive: voie spinothalamique

III.1> Voie spinothalamique

2.06voies.gif

 

III.2> Comparaison voie somesthésique et nociceptive

voies.jpg

 

III.3> Fibres

Il y a les fibres Aƥ qui sont grosses et myélinisées et qui correspondent à la sensibilité tactile immédiate. Les fibres Aɗ qui sont moyennes et myélinisées (douleur immédiate) et les fibres C qui sont petites et amyélinisées (douleur diffuse).

 

IV. Origine de la douleur

IV.1> Hypersensibilisation périphérique

La lésion dans un premier temps va alerter un neurone sensoriel qui transmet l'information au SNC: les cellules lésées vont libérer des prostaglandines (sensibilisatrices) responsables de la douleur immédiate (ou hyperalgie).
Mais par un réflexe d'axone des collatérales vont libérer un neurotransmetteur (la substance P) sur plusieurs niveaux:

- Au niveau des mastocytes (qui sécrèteront de la sérotonine),

- Au niveau des vaisseaux sanguins  (oedème qui libèrera de la bradykinine),

- Au niveau des thrombocytes (sécrétion d'histamine)


La sérotonine, bradykinine et histamine sont des substances algogènes (douleur diffuse) par irritation des terminaisons nerveuse.

hypersensibperiph.jpg

 

IV.2> Hypersensibilisation centrale

Cela va se faire au niveau des neurones de la corne dorsale qui reçoivent les différentes informations des fibres Aƥ ,

Aɗ ou C.

Allodynie: Au lieu d'envoyer les informations par la voie lemniscale, les neurones de la corne dorsale le font par la voie spinothalamique. Ainsi des stimuli non douloureux habituellement vont devenir douloureux.

 

V. Morphine endogènes (endomorphines)

 

morphine.jpg

 

Analgésiques : endorphines (drogues: codéine et morphine)
Euphorisantes enképhalines (drogues: heroïne et méthadone)

 

VI. Contrôle de la douleur

VI.1> Contrôle périphérique : théorie du portillon (ou gate control)

gatecontrol.jpg

Au départ bien évidemment pas de douleur.
Quand il y a douleur les fibres C active le neurone « douloureux » de la corne dorsale (voie spinothalamique) et inhibent l'interneurone inhibiteur.
Un frottement tactile active ce même interneurone inhibiteur (libération de morphine) et cela atténue la douleur.

 

VI.2>Contrôle central de la douleur

sgpa.jpg

 

La substance grise périacqueducale (SGPA) du mésencéphale inhibe au repos les noyaux du raphé (niveau bulbaire).
En cas de prise de conscience de la douleur par un neurone nociceptif, l'inhibition de la SGPA va être levée et les noyaux du raphé vont stimuler l'interneurone inhibiteur et la douleur sera calmée.

 

VII. Effet placebo

« Réponse physiologique à l'administration d'une substance pharmacologiquement incative) »

 

       placebo.jpg

 

Il y a association du médicament censé marcher dans le traitement de la douleur et la visite chez le médecin est un renforcement. Si injection de naloxone, pas d'effet placebo.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche