Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 20:57


I.Historique et méthodes en science et philosophie:
I.1>La conception de Platon
C'est la conception actuelle de la mémoire d'un point de vue structural (peu contestée)
                                          ElAmarnaTablet15cmh.gif
I.1.1>Modèle de la tablette
Analogie:
Mémoire = bloc de pierre sur lequel on grave des signes (encodage) afin de les stocker (stockage). mais si on veut qu'ils restent bien présent dans la pierre (qu'on pourrait comparer à la mémoire à long terme ou "MLT") il faut passer plusieurs couches de gravures (répéter en mémoire à court terme ou "MCT" sinon--->oubli).
Les signes doivent être regrattés de temps en temps si on ne veut pas qu'ils s'estompent (Réactivation en MLT).

I.1.2>Modèle de la volière
Analogie: La mémoire = une volière (un espace fini donc) où il y a plusieurs oiseaux (les souvenirs) éparpillés. On doit sélectionner l'oiseau que l'on veut pour le ramener à nous (Récupération).

I.1.3>Bilan de la conception de Platon
Les infos sont stockées à des endroits particuliers et il faut ACTIVER la zone de mémoire correspondante à ce que l'on cherche et on va devoir discriminer les infos utiles/inutiles:
    
           ENCODAGE ====>STOCKAGE<==== RECUPERATION

I.2>La science et la mémoire
La mémoire a été, et est, une des bêtes noires de la science. En effet la démarche scientifique consiste en la démonstration d'une hypothèse que l'on admet si on la démontre et si on n'arrive pas à la réfuter.
Or comment démontrer/réfuter la mémoire?

I.3>Le réductionnisme
I.3.1>Le réductionnisme philosophique

On pourra comprendre un phénomène si on arrive à le décomposer en la somme se ses éléments:
P = (P1+P2+P3+........Pn)
(parenthèse: La Gelstat nous montre bien que le "tout" n'est pas la somme de ses parties)

I.3.2>Le réductionnisme scientifique:
On ne pourra comprendre un phénomène que si on comprend le phénomène sur lequel il repose:
CHANGEUX: "On comprendra les phénomènes psychologiques quand on maitrisera la neurophysiologie"
En psychologie (pour l'étude de la mémoire),On a choisi le réductionnisme scientifique (ex:IRM), en effet on ne peut pas définir d'unité de mémoire.

I.3>La modélisation:
Modélisation "arme": On modélise ce qu'on ne peut pas observer par des équations mathématiques ou physiques. On imagine comment fonctionne le système (équations etc...) et pour ceci on utilise surtout des ordinateurs.
Modélisation "simple": Utiliser des objets et/ou situations comme typiques de ce qu'on peut étudier.
exemple: étudier une personne agée ayant une mémoire déficiente pour expliquer le fonctionnement "normal" de la mémoire.
(parenthèse: c'est aussi le principe en psychopathologie de la psychologie du pathologique).

II.Historique en psychologie

II.1>Le behaviorisme (comportementalisme):
Ce courant a longtemps indifférencié mémoire et apprentissage.
Il ne s'intéresse qu'à l'observable (entrées;sorties) et ne se préoccupe pas de la cognition (boite noire):
Rappel:  VI=====>VD (en général: environnement ou stimulus======>Comportements ou "réponses").

II.2>La théorie de l'information: le cognitivisme
L'humain est capable de traitement d'informations qu'ils code sous forme de symboles...qu'il décode (en acte, parole...)

II.2.1>Le cognitivisme
Le but ici c'est d'étudier la cognition (la boîte noire) en modélisant.
La cognition humaine est comparée au fonctionnement d'un ordinateur:
Homme= super-ordinateur capable de transformer de la matière (arbre) en entité(s) abstraite(s) (les symboles) puis faire des opérations sur ces entités abstraites.
--->Modèle de l'AI (intelligence artificielle).

II.2.2>Le connexionnisme:
La mémoire (et cognition en général) n'est plus seulement calqué sur le modèle d'un ordinateur mais sur le modèle de réseaux d'ordinateurs (Internet?).

II.3>Le constructivisme
(Le Père= PIAGET.)
Ce courant montre que la cognition (et donc la mémoire) se construit ICI et MAINTENANT et que rien (ou presque) n'est inné: C'est le rapport du sujet à son environnement qui le "construit".
Par exemple ici on va considérer que si une personne" intellectuellement dans la "norme" réussit/échoue ce sera du aux facteurs contextuels.
PIAGET&INHELDER: "La mémoire c'est l'intelligence; l'intelligence c'est la mémoire...tous deux partagent les mêmes mécanismes".

La mémoire est en partie de la CREATION/(Re)CONSTRUCTION, qui, comme pour le reste de la cognition a pour but notre adaptation à l'environnement.
Pour qu'il y ai acte de mémoire, il faut qu'une question soit posée (par autrui ou soi-même) et quand on donne la réponse on la structure pour soi ou pour l'autre on l'adapte pour qu'elle ait un certain sens..
"Je me souviens de..."--->FAUX
"Je me souviens de pour tel individu en fonction de tel paramètre dans tel environnement"--->PLUS JUSTE.

On verra par la suite avec cette conception, qu'on considère la mémoire comme un système COMPLEXE qu'on dira CIRCULAIRE ("dynamique-ouvert": on ne peut savoir ce qui dans la modification du système est inhérent à lui-même ou à l'environnement.)



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche