Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 21:48


             image-irm.jpg


INTRODUCTION

La plasticité cérébrale est la propriété que possède notre cerveau de s'adapter afin que nous puissions faire face à des situations complexes avec brio. Elle favorise une bonne plasticité cognitive qui procure la flexibilité mentale nécessaire à une bonne mémoire. Cette neuroplasticité est totalement opérationnelle à l'âge adulte, mais elle baisse au cours du vieillissement. Les études montrent que la neuroplasticité ne disparaît pas avec l'âge.

Exemple:des utilisateurs âgés de 95 ans et plus montrent encore des bénéfices considérables dus à un entraînement cognitif.

Elle promettrait de belles recherches dans le domaine du handicap et de la neurologie....

 

I. Quelques principes
- Tout apprentissage modifie les structures corticales
- Quels que soient ses handicaps , toute personne se développe, réagit au monde environnant et agit sur lui.
Le développement psychologique peut emprunter diverses trajectoires (principe de vicariance). Il n'existe pas de psychologie du handicap mais  DES psychologies du handicap.
- Le développement avec « handicap » n'a pas d'age limite (perspective life span)
- Le pire danger est le régime de sous-fonctionnement (sur-protection durant le passé): apprendre quelque chose modifie le cerveau donc çela peut modifier quelque chose.

 

  handicap3_1970.jpg    20031124handicap.jpg

 

II. Ce qui change dans le cerveau pendant le développement:
- Perte neuronale sauf pour le cervelet et l'hippocampe qui en gagnent
- Réorganisation: ce ne sont pas les neurones qui changent mais leur bootage (réseaux) ex: dyslexie c la non mise n place d'un petit faisceau neuronal très spécialisé qui permet d'accéder à la conscience phonologique (contraintes génétiques? On repère des bébés à risque...)
- Apres la naissance, croissance rapide du nombre de connexions, (beaucoup plus que chez l'adulte), d'où la mort synaptique nécessaire pour les connections peu utilisées.

 

III. Que dire sur les capacités à la naissance?
- Le nouveau-né à un répertoire psychomoteur, mais pauvre.
- Il a de nouvelles capacités sensorielles même si non complètement fonctionnelle
- Les changements vont être sensorimoteur
- Il agit et perçoit les actions es autres et la présence d'autrui est nécessaire pour accroitre le répertoire moteur et les autres.

Ceci vaut pour le bébé avec handicap qui va devoir s'organiser et organiser son univers en y intégrant ses déficiences.: pendant 50 ans on a cherché des indices de l'autisme alors qu'ils étaient sous les yeux (traitement sensoriel de l'information, psychomotricité...)

 

IV.Appliquer ce principe au développement des sujets avec handicap
Cet aspect en partie autogéré du développement mène à comprendre que le bébé avec handicap puisse avoir dès le départ:
- Des organisations sensorielles différentes
- Des signatures motrices différentes
- Des constructions intermodales différentes
- Des apprentissages différents

Si tout cela ne fait pas une psychologie différente... oui, c'est la psychologie du handicap!
Mais bien qu'en obéissant à ces principes généraux (on cherche ce dont on a besoin pour se développer, sur la base de ses ressources) on a donc bien des psychologies du handicap.

 

V. Le développement troublé est aussi une dynamique
les personnes atteintes d'un trouble du développement sélectionnent elles aussi certaines interactions avec leur environnement physique et social. Elles renforcent ainsi les compétences qui leur st liées, elles aussi en délaissent d'autres, ce qui donne une orientation d'un certain type à leur adaptation et à leur développement.
Une telle perspective secoue les descriptions figées de la psychiatrie. Le révolutionne en retour la compréhension de ce qu'on appelle les troubles du développement, et de ce que l'on entend par troubles psychiques. La notion de trouble inclut désormais un contexte que la personne délimite par ses choix propres, et s'exprime dans un mode d'adaptation.

 

VI. Périodes critiques ou sensibles?
OUI IL Y A DES PERIODES SENSIBLES mais NON il n'y a pas de périodes critiques!!! C'est valable avec le handicap, la vieillesse, la psychopathologie.... des sujets autistes qui se mettent à parler à 30 ans. « la compétition cérébrale peut jouer » Et « possible récupération au moins partielle grâce à la neuroplasticité ».

 

 

              DIA43mod.jpg

 

 
Pourquoi se priver des données de la science? Rééduquer un enfant dyslexique à 9 ans c'est déjà "trop tard" à priori mais si on avait regardé avant...

 

VII. Ou est le développement dans le développement psychologique?
Une position développementale doit s'accompagner d'une position différentielle (différentes stratégies pour chacun, comme le numérique, chacun à sa stratégie.
- Dans les changements de moyens pour remplir une fonction
- Dans les changements de stratégie pour réaliser un objectif
- Dans les substitutions de comportements pour remplir une même fonction (exemple avec l'imitation): c'est la vicariance.

 

meltzoff11.jpg  neurones_miroirs_humanite-1.jpg

 


                            Imitation                                                   Neurones miroirs: neurones de l'empathie

 

Il faut pas se dire: quelle est la bonne méthode mais « quelle est la bonne méthode pour tel enfant »?Cela n'est même pas répertorié!

 

VIII. Ou est le développement dans le développement cérébral?
Le cortex auditif des enfants sourds va réagir quand on leur apprend le langage signé, et le braille active le cortex occipital (vision)chez les aveugles.
Le cerveau adulte est malléable comme un cerveau d'enfant toute la vie durant (du moins dans certaines régions)

 

braille.jpg      occipital.jpg

 

                                Braille                                                          Activation aires visuelles occipitales

 

 

 

signe.jpg         tempo.jpg

 

                   Langage des signes                                      Activation des aires auditives (aire temporale)

 

Tout ce qui n'est pas activité est perdu, pour se maintenir les changements cérébraux ont besoin de la pratique des comportements qui leur sont liés.

 

CONCLUSION

Développement psychologique et développement cérébral sont solidaires.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche