Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 22:45

I.Tableau sémiologique:


II."Etiologie"
II.1>Demande:
Se fait en raison de la timidité excessive d'Emmanuelle qu'elle juge "maladive"

II.2>Anamnèse
Une doctorante ayant bien réussi aux examens mais pas très satisfaite de ses études - fille aînée d’un couple stable, , un climat familial "sympathique",  toutefois sans beaucoup d’échanges, une mère qui a été timide

II.2.1>Sexe: femme
II.2.2>Age:
II.2.3>Vie professionnelle: Etudiante
II.2.4>Particularités: Travail d’été, travail universitaire, relations avec ses amis du lycée, de la fac : relative adaptation socioprofessionnelle qui rejette le diagnostic de psychose mais qui, associée à une immaturité affective et un besoin de bien séparer les choses, renvoie au mécanisme de défense de dédoublement des imagos

II.3>Etude comportementale, de personnalité et psychogenèse
Réserve, timidité maladive : timidité (réaction émotionnelle aux contacts sociaux traduite par un manque d’aisance et un sentiment d’inconfort en société, surtout en présence d’une personne du sexe opposé ou lorsque le sujet se sent évalué par une autorité)
Timidité, difficultés d’expression et d’affirmation de soi dans les relations : difficile maturation psychique
Des expressions corporelles enfantines, manque d’assurance, rougit, n’envisage pas de quitter le domicile familial, émue, rougit, pleure… : immaturité affective, angoisse de séparation et affectivité intense
Entretient des relations avec des amies plus âgées, travaille avec des hommes plus âgés : relation de dépendance à l’autre de nature anaclitique (non pas fusionnelle comme dans la névrose ou génitale comme dans la névrose mais par étayage : le sujet élit ses objets d’amour en référence aux personnes qui ont originellement fourni les premiers objets de satisfaction, l’autre étant perçu comme un substitut parental)
Peur de perdre le peu de liens créés pendant l’année : liens relationnels vécus comme instables (et donc précaires, faillibles, insécures) et angoisse de séparation
Appréhende la réaction des autres, craint d’être perçue comme anormale, angoissée à l’idée de s’exprimer, n’imagine pas pouvoir téléphoner à ses amies, n’envisage pas de quitter le domicile familial, effrayée par l’idée de solitude, bouleversée par le vide des vacances, craint de perdre ses relations et de vivre ce nouvel échec : tendances anxieuses
Défaitisme, fatalisme, idéation suicidaire, agressivité, sentiment de culpabilité, évocation de ses réussites et ses échecs, sentiment d’indignité, doutes, incertitudes, autodépréciation, disqualification (action de se frapper de discrédit pour une personne qui s’est rendue coupable d’une incorrection, d’un manquement aux devoirs de sa charge), sentiment de solitude, sentiment de vacuité (fait de se sentir vide, de sentir un vide moral et intellectuel) : tendances dépressives et dysphoriques
Randonnées solitaires avec le strict minimum, prises de risques dans des sports extrêmes, rougit en parlant de ses prises de risques : agir, conduites ordaliques (interroger ses limites via une puissance supérieure afin de donner une légitimité à son existence et de s’assurer d’une droit à exister) avec caractère autoérotique (la pulsion sexuelle se satisfait dans le corps propre du sujet et non dans la relation aux autres ou aux objets extérieurs)
Randonnées solitaires, lamaserie… : tendances à l’isolement, voire au retrait
A le sentiment de ce n’est pas elle quand elle se regarde, ne supporte pas se regarder, se dépêche de sortir du champ, habillée de façon sobre et impersonnelle, uniforme plutôt triste : pudeur (sentiment de honte, de gêne qu’une personne éprouve à faire, envisager ou à être témoin des choses de nature sexuelle et de la nudité), difficulté de personnalisation (difficulté à habiter son corps, incapacité à s’approprier son propre corps),  dépersonnalisation (sentiment d’étrangeté par rapport à soi), indifférenciation sexuelle
Vie amoureuse, indifférenciation sexuelle : évitement de la sexualité génitale et arrêt de l’évolution libidinale
A perdu la tête après les oraux : accès maniaque, bouffée délirante (épisode délirant très brusque, raptus délirant)
Tendances anxieuses, dépressives et dysphoriques, conduites ordaliques au caractère autoérotique, pudeur, difficulté de personnalisation, dépersonnalisation : une problématique narcissique centrale (défaillance des assises narcissiques, faille dans la constitution des objets internes)

II.4>Hypothèse diagnostique:
Relative adaptation socioprofessionnelle
Dédoublement des imagos, dénégation, retrait et agir comme mécanismes de défense
Une immaturité affective avec affectivité intense, relation de la dépendance à l’autre de nature anaclitique, des liens relationnels vécus comme instables et angoisse de séparation
Un arrêt de l’évolution libidinale avec indifférenciation sexuelle et évitement de la sexualité génitale
Une problématique narcissique centrale avec des tendances anxieuses, dépressives et dysphoriques associées à des conduites ordaliques revêtant un caractère autoérotique
Pas de tableau psychologique majeur, plusieurs tableaux cliniques dont l’ensemble manque d’unité

= personnalité Borderline (etat-limite)

III.Bibliographie du cas Emmanuelle:


             "15 cas clinique en psychopathologie de l'adulte".
(Dumet N & Ménéchal J)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche