Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 23:10
I.Quand l'action fait l'émotion:

Dans sa thèse  "Quand l'action fait l'émotion" (dont je fais partie puisque j'ai été cobaye avec d'autres étudiants d'une de ses expériences il y a quelques années) T.Brouillet démontre que les réponses motrices ne sont pas seulement les conséquences du traitement cognitif (bien que lui travaillait surtout sur les émotions)...mais également LA CAUSE!
On va considérer VD comme possible VI....

Ainsi:  Le fait par exemple de bouger la tête comme pour dire "oui" à certains stimuli rendent leur reconnaissance émotionnelle positive et vice-versa avec d'autres stimuli qu'on pourra considérer comme "négatif" : cela s'appelle l'AMORCAGE.
Les associations hédoniques dépendent donc de l'amorçage que l'on a eu vis à vis des stimuli.


La fonction du système moteur est bien sûr d'exécuter une tâche du système nerveux; mais n'oublions pas également qu'il lui apporte de l'information.
Tout comme le système perceptif a aussi pour fonction d'exécuter les commandes du système nerveux. (cf: expérience des signes tibétains: CACCIOPPO ou expérience du casque de TOM).





                 ACTION     <---------------    PERCEPTION
                                  ----------------> 


 
Le fait d'agir est une réponse certes, mais c'est également UN STIMULUS!
((parenthèse: ça me fait penser maintenant l'intérêt relatif à étudier le développement de la motricité chez le nourrisson)).


    ===>L'ACTION PARTICIPE A LA COGNITION!

-Armé de ces observations on va considérer la cognition dans un continuum bidirectionnel où:

 Perception<------------->Représentation<---------------->Action

II.Et pour la mémoire?

Brouillet D& Brouillet T: (expérience du levier avec des stimuli à valence négatives ou positives)


L'ACTION est partie intégrante du souvenir.

Le souvenir n'est pas une activation du cerveau, mais une propriété (en relation à une attribution à un objet) et qui émerge des interactions entre le corps, l'environnement et la cognition.
(sauf que dans le souvenir on ne peut déterminer ce qui fait cognition, environnement, ou corps).

Pourquoi un souvenir n'apparaît plus jamais de la même façon?

Analogie d'une crêpe: On sait comment faire une crêpe / On croit connaître un souvenir mais  les ingrédients pour refaire la crêpe (oeufs, farine, sucre)/refaire le souvenir (corps, environnement, cognition) ne se remélangent jamais de la même façon et on obtient jamais la même crêpe/le même souvenir.

=>C'est L'AUTO-ORGANISATION de la cognition.

III.Conséquences pratiques:


- Il existe à notre insu des centaines de coordinations possibles entre le sujet, la tâche et l'environnement.

- La situation de récupération IMPLIQUE le souvenir émergent (contingent des paramètres contextuels/situationnels)

-Le support moteur est fondamental

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche