Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 22:46

I.Les facteurs temporels
- Rôle du délai SC-SI ou R-Rft (Rtft= renforcement):
- Plus le délai est court, plus l'apprentissage est rapide (acquisition plus rapide donc).
- L'optimum (de délai ex: le temps entre Si la cloche et SC la viande)entre les apprentissages se situe vers 0,5 secondes.

- Intervalle entre essai:

Dans les procédures à essais discrets (conditionnement classique) l'intervalle inter-essais (ITI) doit être assez long (plusieurs dizaines de secondes à plusieurs minutes), alors qu'en conditionnement opérant cet intervalle peut être très bref et ne dépend que du comportement du sujet.

II.Persistance de l'apprentissage:
L'apprentissage subit une extinction dès la suppression du renforcement. Toutefois la persistance de l'apprentissage dépend de nombreux facteurs, et, principalement de la fréquence de renforcement pendant la phase d'acquisition.Si le sujet est soumis à des conditions de renforcement intermittent alors la persistance de l'apprentissage est plus importante, et on observe une extinction moins rapide que dans le cas du renforcement continu.


 Exemple 1 (peu éthique):
        
Des machines à sous ont été truqués dans des casinos, certaines délivraient des sous de manière régulière (renforcement continu) et dans un autre cas de manière régulière (renforcement intermittent).
C'est  les machines qui délivraient des renforcements intermittents qui marchaient le mieux, car dès que les machines qui délivraient des renforcements continu ne distribuaient plus de sous, les gens s'arrêtaient de jouer.

Exemple 2,l'éducation
:

      
Ainsi dans l'éducation il ne faut pas trop récompenser car dès qu'on ne récompense plus, il y a extinction de l'apprentissage.


III.Mémoire et oubli:
Ces effets dépendent également du fonctionnement de la mémoire lors de l'acquisition du matériel à apprendre. Ce type de matériel à apprendre( la manière d'organisation des séquences etc) à une incidence sur la rétention du matériel appris. avant dans l'enseignement, il y avait beaucoup de « par coeur ».

IV.Rôle des agents de renforcement:un rappel
- Le renforcement comme procédure: maintien, consolidation ou extinction des réponses.

- Le renforcement comme mécanisme: loi empirique de l'effet (Thorndike) : « quand un agent de renforcement a un effet favorable sur l'organisme la réponse à tendance à se maintenir et dans le cas inverse (défavorable donc),la réponse à tendance à disparaître. »

- Le renforcement comme principe théorique: la loi théorique de l'effet: si une réponse à un effet positif alors elle va se maintenir et si elle a un « effet négatif » elle va disparaître.
Les êtres vivant recherchent l'hédonie et pas la souffrance/anhédonie : principe explicatif de base du contrôle du comportement.

- Apprentissage et réapprentissage: Après oubli on a un effet d'extinction et si on recommence l'apprentissage plus tard le sujet recommence à un certain niveau mais n'a pas tout perdu (on dit bien que « faire du vélo ça ne s'oublie pas »).

- Effets quantitatifs de renforcement: la quantité de la récompense ou autre peut avoir une influence sur l'apprentissage.

- Effets qualitatifs du renforcement : les organismes ne sont pas seulement sensible à la quantité mais aussi à la qualité (les rats préfèrent des biscuits LU plutôt que de la nourriture de synthèse).

- Effets de la fréquence du renforcement
: sur l'acquisition des réponses et sur l'extinction des réponses.

- Effets de la présentation,du retrait ou de l'omission du renforcement:

exemple des renforçateurs apétitifs: au bout d'un moment il y a satiété.
exemple des renforçateurs aversifs:  échappement et évitement. Mais attention les agents aversifs doivent être utilisés "prudemment" (s'ils deviennent agents de stress ils peuvent empêcher des apprentissages de se produire; cf le "freezing").


V.Rôle des facteurs motivationnels:
- Besoins, motivation set incitateurs (drives & incentives):  Un agent de renforcement ne joue son rôle seulement que si l'organisme est motivé : ex il faut que l'animal ait faim pour que la nourriture joue son rôle de renforcement: si ce n'est pas le cas ce ne sera pas un renforçateur!

- Nécessité de la motivation?

Nature de la motivation en corrélation avec la performance de réponse. Un incitateur peut donner une réponse même en l'absence de motivation (par exemple même quand on a pas faim et qu'on passe devant une boulangerie qui « sent bon », il est probable qu'on achète une pâtisserie.)

Si elle est trop faible (on parle toujours de la motivation là), elle ne va pas permettre à l'organisme de faire son apprentissage, si elle augmente cela va favoriser l'apprentissage, mais si on augmente trop ça va donner à nouveau l'effet inverse (on va  gêner l'apprentissage de se produire ).Donc pour des niveaux de motivations trop faibles ou trop fort ça ne donne pas grand chose, il y a un niveau optimum.

- Nature de la motivation et performance: Avec un renforçateur appétitif (motivation appétitive donc) on a un effet de saturation rapide qu'on a pas avec un renforçateur aversif.

- Critique du besoin motivationnel pour l'apprentissage,l'apprentissage latent (Tolman & Honzik):
On utilise 3 groupe d'animaux, des rats en général, (un en renforcement constant, l'autre ne reçoit aucune récompense quand ils arrivent au bout du labyrinthe et le groupe test lui ne reçoit rien au début puis dès qu'on donne une récompense la performance augmente de manière fulgurante).

      
                                 AXE DES ORDONNES: ERREURS
                                 AXE DES ABSICCES : APPRENTISSAGE


L'interprétation: en réalité les animaux avaient appris quelque chose pendant les 10 premiers essais et que dès qu'on déclenche la motivation ce qu'ils ont appris est mis en évidence et ils arrivent à faire mieux que les sujets du groupe de contrôle.

Contre-argumentation:
le seul fait d'offir aux animaux une activité motrice.

VI.Autres facteurs de l'apprentissage:

- Niveau de développement phylogénétique et ontogénétique (Piaget).
- Equipement neurosensoriel et moteur (il y a contraintes de comportement chez une espèce lié à son anatomie/ équipement par ex: capacité de discrimination possible chez d'autres espèces mais pas possible chez l'humain)
- Contraintes éthologiques, écologiques et comportementales. Il y a des stimuli associables à certains agents de renforcements mais pas d'autres (par ex pour les récompenses alimentaires elles sont facilement associables à des stimuli sonores ou lumineux chez certaines espèces et idem pour les renforçateurs aversifs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : site-psychologie (ressources)
  • site-psychologie (ressources)
  • : psychologie générale, psychologie cognitive et expérimentale, psychologie sociale, psychologie clinique/psychopathologie, psychologie du développement et différentielle, Psychophysiologie/Neuropsychologie.
  • Contact

Recherche